1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Introduction de la loi sur l'indemnité chômage

La réforme du système d’indemnistion du chômage en Allemagne est entrée en vigueur hier sans que des manifestations massives n’aient lieu. Hartz IV risque pourtant de couter cher d’autant que le doute persiste de voir cette mesure atteindre son objectif de doper la croissance économique. C’est en substance ce qu’abordent, sur ce thème les commentaires de la presse allemande ce matin.

Il y avait peu de manifestants contre Hartz IV lundi

Il y avait peu de manifestants contre Hartz IV lundi

L’introduction de la loi Hartz se passe vraiment sans encombre constate la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Les tentatives de plusieurs groupe d’organiser une protestation d’envergure ont fait long feu. Il serait par conséquent important que le gouvernement explique ce qui viendra après la réforme. Il allège les mécanismes de protection contre le licenciement et sa politique fiscale devra se durcir au regard de la concurrence internationale. D’éternelles propositions que certains ne peuvent plus entendre ; mais à défaut de meilleures, conseille le journal, le gouvernement ferait bien d’enfin les adopter.

Car renchérit la Süddeutsche Zeitung, la seule nouveauté qu’apporte la réforme, c’est le programme informatique de gestion des dossiers. Or comme celui des versements il n’est pas exempt de tout problème, a en croire la conseillère de Nüremberg qui ne peut imprimer un formulaire. Et pourtant dans cette agence pour l’emploi comme au gouvernement et dans l’opinion publique , on attend beaucoup, beaucoup plus. En dépit de l’avis général selon lequel Hartz IV ne créera pas d’emploi.

C’est en revanche exclusivement au gouvernement que la Frankfurter Rundschau veut mettre la pression. Selon le quotidien, les initiateurs des manifestations, qui voulaient frapper un grand coup hier en investissant les agences pour l’emploi, se sont trompé d’adresse. Que peuvent les occupants de ces bureaux - qui font des heures supplémentaires afin de satisfaire les chômeurs en fin de droit - pour Hartz IV ? Ce sont les politiciens qui font les lois. Et compte tenu de ce que le gouvernement et l’opposition réalisent : des centres pour l’emploi en chantier et des coupes sombres au lieu de perspectives, protester est légitime... mais là où il se doit.

Pour la Tageszeitung, la maigreur des manifestations est due au fait que les chômeurs de longue durée ont déja baissé les bras. Si la réforme du système de santé avait suscité la colère de l’opinion publique car elle concernait tout le monde, en revanche les sans-emplois ne sont qu’une minorité. Le marché du travail s’est certes précarisé mais la classe moyenne sait, ne serait-ce qu’inconsciemment, qu’elle ne court pas grand risque. On ne pouvait donc pas s’attendre à beaucoup de solidarité, encore moins pour manifester.

  • Date 04.01.2005
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9fM
  • Date 04.01.2005
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9fM
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !