1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Inquiétude chez les voisins du Mali

Les combats entre les rebelles touareg et l'armée malienne dans le nord du Mali inquiètent les pays voisins. La Mauritanie, qui partage une longue frontière avec le Mali, l'a fait savoir par la voix de son président.

La Mauritanie et le Mali partagent une frontière longue de plus de 1000 km. C'est également à partir du nord Mali que les terroristes d'Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) mènent leurs attaques en territoire mauritanien. Un accord entre les deux pays permet à l'armée mauritanienne d'opérer des offensives préventives en territoire malien.

Mohamed Ould Abdel Aziz, président mauritanien

Mohamed Ould Abdel Aziz, président mauritanien

Nouakchott accuse Bamako de complaisance

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz, dans un récent entretien au journal Le monde, a déploré une sorte de complaisance de Bamako face au terrorisme. Le nord du Mali, selon le chef d'Etat mauritanien, est « une zone pratiquement laissée pour compte, à partir de laquelle ces terroristes agissent et se font payer des rançons qui les renforcent ».

Le président mauritanien a fait également état de lien entre la rébellion touareg et AQMI. Il a donné l'exemple de Iyad Ag Ghali, un des chefs rebelles, qui, selon lui « était lié au pouvoir malien et a noué des alliances avec les groupes terroristes en leur servant d'émissaire pour le paiement des rançons ».

En accord avec Bamako, l'armée mauritanienne a déjà mené plusieurs attaques préventives contre AQMI en territoire malien. En décembre dernier, à Adel Begrou, une localité située a quelques kilomètres de la frontière malienne, un gendarme mauritanien a été enlevé par des éléments d'AQMI. Il est toujours détenu au nord Mali. Avec le réveil de la rébellion touareg , pourchasser des terroristes dans cette zone ou y opérer des frappes dite préventives contre eux serait fort compliqué.

AQMI est responsable d'enlèvements dans le Sahel

AQMI est responsable d'enlèvements dans le Sahel

Affluence de réfugiés maliens

Autre conséquence de la recrudescence de la rébellion au nord Mali : « plus de 10.000 réfugiés maliens ont trouvé refuge en Mauritanie dans la localité de Fassala, à trois kilomètres de la frontière malienne ». La majorité de ces refugiés sont des femmes et des enfants mais Nouakchott craint que des éléments d'AQMI ne s'infiltrent dans les camps qui les abritent.

Les éleveurs mauritaniens aussi, dont les principaux couloirs de transhumance se trouvent au Mali, pâtissent de cette reprise de combat entre la rébellion touareg et l'armée malienne.

Auteur : Khalilou Diagana
Edition : Kossivi Tiassou, Anne Le Touzé



default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !