1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Economie et développement

Inondations, séismes : le développement attenue les effets

Les catastrophes naturelles frappent indifféremment pays pauvres ou développés, mais les dégâts peuvent être limités par un développement intelligent. Un rapport dresse la liste des pays les plus à risque.

Au Mexique après le passage de la tempête tropicale Manuel, en septembre 2013

Au Mexique après le passage de la tempête tropicale Manuel, en septembre 2013

En cas de catastrophe naturelle, les dégâts vont dépendre de plusieurs facteurs : aménagement des cours d'eau, rigueur dans le respect des normes de construction, organisation des services de secours et de santé, éducation des habitants...

La résistance d’une société aux catastrophes naturelles est donc très liée au développement. C’est ce qui ressort du "Rapport mondial sur le risque" dévoilé début septembre à Bonn par l’organisation "Entwicklung hilft" ("Le développement aide"). Les auteurs ont évalué les risques encourus par les populations de 173 pays en cas de catastrophe naturelle. Comment s'en sortent les pays africains? La réponse de Katrin Matthaei.

Dans l'interview de la semaine, il est question de la République démocratique du Congo. Dans l'est du pays, de nombreux petits paysans délaissent désormais les champs ou les troupeaux pour aller travailler dans les mines illégales, notamment des mines de coltan, un minerai qui entre dans la fabrication des téléphones portables. Pour nous parler des enjeux de l'extraction du coltan : Didier Meo, ingénieur électronicien originaire du Congo, connu également pour son engagement dans des projets de développement.

Écouter l'audio 12:29

Inondations, séismes : le développement attenue les effets

Archives

Audios et vidéos sur le sujet