Incendies en Russie : le risque nucléaire | International | DW | 06.08.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Incendies en Russie : le risque nucléaire

La situation s'est aggravée au sud-ouest, fortement contaminé en 1986 après la catastrophe de Tchernobyl. Le gouvernement russe redoute que les incendies puissent libérer dans l'atmosphère des particules irradiées.

Une forêt en feu à côté de la ville de Voronej, à 500 au sud de Moscou

Une forêt en feu à côté de la ville de Voronej, à 500 au sud de Moscou

Chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles en provenance de Russie. Désormais, le principal souci concerne le risque nucléaire et la région de Briansk, est située à la frontière avec l'Ukraine et la Biélorussie. Cette région a été irradiée en 1986 après l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine.

Ce qui inquiète les autorités russes ce sont les milliards de particules radioactives toujours présentes dans le sol et les végétaux. « Si un incendie se déclenche là-bas, alors ce ne sont pas uniquement les substances toxiques habituelles qui vont se libérer dans l'atmosphère mais aussi toutes les particules radioactives. Et cela pourrait créer une nouvelle zone irradiée », a déclaré Serguei Choigou, le ministre des Situations d'urgence.

Déclaration alarmiste

Le président russe, Dmitri Medvedev, en discussion avec Serguei Choigou, le ministre des Situations d'urgence

Le président russe, Dmitri Medvedev, en discussion avec Serguei Choigou, le ministre des Situations d'urgence

Après avoir été critiquée pour leur lenteur à réagir, les autorités russes semblent désormais résolue à ne plus rien sous-estimer dans cette catastrophe. Ceci explique sans doute cette déclaration alarmiste de Serguei Choigou. Car le discours du ministre des Situations d'urgence contraste avec l’apathie du gouvernement au début de ces incendies qui ont débuté en pleine trêve estivale. Désormais, tout semble être mis en œuvre pour non seulement endiguer les incendies mais aussi éviter le pire : une pollution nucléaire.

Dans le même ordre de périls, le site nucléaire de Sarov, à 500 kilomètres à l'est de Moscou, a dû être vidé cette semaine de tous les matériaux explosifs et radioactifs qu'il contenait. Ce centre est le principal site de fabrication d'armes atomiques en Russie. Enfin, toujours au sud de Moscou, la centrale nucléaire de Voronej se trouve aussi dans la zone des incendies mais les autorités russes ont assuré cette fois qu'elle n'était pas menacée.

Auteur : Jean-Michel Bos

Eition : Carine Debrabandère

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !