Immigration : l′école ne réussit plus l′intégration | Europe | DW | 05.02.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Immigration : l'école ne réussit plus l'intégration

Le taux de réussite des élèves d'origine étrangère reste largement inférieur à celui de la moyenne en Europe

default

Face à l’afflux d’élèves issus de l’immigration, les systèmes scolaires européens peinent à trouver une solution adéquate. Et l’école, facteur historique d’intégration, finit par jouer paradoxalement dans certains pays un rôle d’exclusion. Ceci alors même qu’en 2000, l'Union européenne a adopté deux directives interdisant les discriminations fondées sur la race, l'origine ethnique ou la religion.

Umberto Bossi, leader de la Ligue du Nord, et le Premier ministre italien Sylvio Berlusconi

Umberto Bossi, le patron de la Ligue du Nord et allié de Berlusconi, soutient la mise en place de classes séparées pour les enfants étrangers

En Italie, 614 000 enfants issus de l’immigration s’assoient chaque matin sur les bancs des écoles aux cotés des 8 millions d’enfants italiens scolarisés. Dans certaines écoles, les enfants immigrés sont surreprésentés et cela déplaît à la Ligue du Nord, le parti ouvertement xénophobe, allié de Silvio Berlusconi. Sous prétexte que les enfants issus de l’immigration ne maîtrisent pas la langue et ralentissent le rythme des classes, un député de la Ligue du Nord a fait voter au Parlement, en octobre dernier, une motion introduisant le concept de classes séparées pour les immigrés. Quelques mois plus tard, on ne sait toujours pas comment concrètement ces classes vont être mises en place. Mais la polémique est toujours vive.

Mathilde Auvillain, s’est rendue dans une école de la périphérie de Rome, dans une école qui accueille de nombreux enfants immigrés, majoritairement des Roms.

Scène d'une école primaire à Mayence

En Allemagne, la sélection précoce des enfants se fait souvent au détriment des classes les plus défavorisées

Nous allons en Allemagne maintenant, où le système éducatif est régulièrement dénoncé pour ses discriminations. En effet, l’absence de collège unique impose une sélection précoce des élèves, dès l’âge de dix ans. Ceux-ci sont répartis entre plusieurs filières et parmi elles, la Hauptschule, l’école de fin de scolarité obligatoire, est souvent synonyme d’échec scolaire. Surtout, elle accueille en majorité des enfants issus de l’immigration ou plus généralement, de milieux sociaux défavorisés. Cette filière est donc ce qui ce fait de pire en matière de discrimination. Au point que certains enseignants plaident pour sa suppression.

Un reportage à Cologne de Patrice Cuvier. Actualité de la semaine : la chasse aux patrons voyous

C’est la fin d’un long processus qui devrait voir les employeurs d’immigrés illégaux punis. Le Parlement européen a finalement trouvé un accord pour sanctionner les employeurs d’immigrés clandestins. Le texte devrait être voté lors de la prochaine cession parlementaire. Ce texte est le troisième volet d'une série de directives consacrées à l'immigration. Après la directive "retour" sur l'immigration illégale, la directive "carte bleue" sur l'accueil de migrants hautement qualifiés, l'Europe boucle son travail avec ce nouveau texte visant à sanctionner les employeurs peu regardants sur le statut de leurs salariés.

Directive sanction

Carte bleue

Directive retour