Il y a un an, la révolution en Tunisie | Afrique | DW | 16.12.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Il y a un an, la révolution en Tunisie

Le 17 décembre 2010, un jeune vendeur ambulant, Mohamed Bouazizi, s'immole par le feu à Sidi Bouzid. Cet acte déclenche un mouvement contre le chômage et la vie chère. Les émeutes deviennent vite politiques.

default

Les banderoles à l'effigie de Mohamed Bouazizi circulent partout en Tunisie

Le chômage, la corruption et la répression. C'est contre tout cela que se soulève la population tunisienne en cette fin d'année 2010. Après la mort de Mohamed Bouazizi, la tension est à son comble. Mais personne n'aurait pensé que moins d'un mois plus tard, le président Ben Ali quitterait la Tunisie.

"Ben Ali, dégage!"

Nous sommes le 14 janvier 2011. L'une des opposantes historiques au régime, Sihem Bensedrine, rentre au pays en provenance d'Espagne :

epa02566691 Hundreds of angry protesters gather in front of the Sidi Bouzid police station after the announcement of the death of two individuals kept in their jails in Tunisia's southern city of Sidi Bouzid, 05 Febuary 2011. The latest incident in Sidi Bouzid is the most serious one in weeks following the suicide of Mohamed Bouazizi who set himself on fire last December, sparking nationwide protests which lead to the ouster of President Zine El Abidine Ben Ali and the collapse of his regime. EPA/STR

Après la mort de Mohamed Bouazizi, la colère monte à Sidi Bouzid

« En sortant de l'avion, pour la première fois depuis des dizaines d'années, je n'ai pas eu ces flics qui m'entouraient, ils venaient parfois à trente pour me harceler. Et là, d'un seul coup, j'ai eu un sentiment nouveau. Mais quand je suis sortie de l'espace de l'aéroport, juste devant le bâtiment, j'ai vu des hommes armés, en civil, qui étaient cachés dans les voitures de Tunisair et de l'aéroport. Et j'ai eu très très peur. Je me suis demandée : "Qu'est-ce qu'ils nous ont réservé ?" »

Une révolution portée par internet

Heureusement, tout se passe bien pour Sihem Bensedrine et pour la plupart des manifestants. On le sait, la révolution tunisienne a été portée par la mobilisation sur internet et par les réseaux sociaux. Nawaat.org, le site collectif tunisien, a été l'une des grandes sources d'information pendant la dictature. Malek Khadhraoui est co-fondateur de Nawaat.org. Il nuance l'importance du web :

« Je pense que c'est une erreur de dire que la révolution a été faite par ces réseaux sociaux. Les réseaux ont plutôt permis la construction mentale de la révolution. Ils étaient les seuls espaces de liberté, là où les gens pouvaient échanger leurs idées, leurs états d'âme. Et au moment où les événements de Sidi Bouzid ont éclaté, ces mêmes personnes étaient préparées à partager l'information, à la faire circuler. »

Bild: Wahlen - BU: Korrekt versiegelt und fälschungssicher – am 23. Oktober erlebte Tunesien die ersten freien Wahlen seit der Unabhängigkeit (Sarah Mersch, Tunis, 23.Oktober 2011)

Le 23 octobre dernier ont eu lieu les premières élections libres du monde arabe

Des élections vraiment libres

Depuis lors, la Tunisie a organisé les premières élections vraiment libres du monde arabe. C'est le parti islamiste modéré Ennahda qui a remporté le scrutin. Ce n'est pas le résultat qu'aurait souhaité Yamina Mechri, blogueuse. Mais là aussi, souligne-t-elle, il faut relativiser :

« Si Ennahda maintenant est majoritaire, c'est tant mieux. C'est tant mieux parce que cela nous apprend à reconsidérer les choses autrement, à regarder la vraie société. C'est une bonne claque. C'est salvateur, parfois, d'être remis à sa place. C'est assez violent, mais on ne peut pas sortir d'un extrême sans passer par un autre extrême. »

Espérons, ajoute cependant Yamina, qu'Ennahda respectera les engagements qu'il a pris à l'issue du scrutin du 23 octobre. Et principalement celui de s'inscrire dans le processus démocratique.

Auteur : Carine Debrabandère
Edition : Aude Gensittel

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !