1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Il y a six mois, l'enlèvement des lycéennes de Chibok

C'est le 14 avril 2014 que des assaillants, membres du groupe radical nigérian Boko Haram ont kidnappé 276 jeunes filles dans un lycée de Chibok dans le Nord du Nigeria. Depuis six mois il n'y a toujours aucune nouvelle.

Au Nigeria, six mois après leur enlèvement, quelque 200 lycéennes restent introuvables

Au Nigeria, six mois après leur enlèvement, quelque 200 lycéennes restent introuvables

Ce mardi à Abuja, une manifestation était organisée pour exiger la libération des jeunes filles. Quelques centaines de membres du mouvement "Bring back our girls" ou "ramenez-nous nos filles" en français, ont marché jusqu'à la résidence du président Goodluck Jonathan.

Plusieurs centaines de filles ont été enlevées le 14 avril 2014

Plusieurs centaines de filles ont été enlevées le 14 avril 2014

Silence radio

Depuis 180 jours de captivité, le silence demeure sur la situation des jeunes filles enlevées affirme, en larmes, Bukky Shonibare, activiste et membre de "Bring-back-our girls" :

« Tout ce que nous désirons, c'est qu'elles reviennent. Nous supplions le gouvernement d'agir et de faire revenir les filles. Les autres questions peuvent être résolues ultérieurement. C'est vraiment douloureux. Notre désir le plus cher c'est que les filles reviennent. »

Il y a quelques jours de cela, une veillée aux chandelles a été organisée en l'honneur des jeunes filles dont le rapt a été revendiqué le 5 mai par le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau. Dans le même temps, le chef d'état-major de l'armée nigériane, Alex Badeh, assurait savoir où se trouvaient les jeunes lycéennes, sans en dire davantage. Il voulait ainsi éviter de mettre la vie des otages en danger.

Des soldats nigérians avaient manifesté pour réclamer plus de moyens pour lutter contre l'insécurité

Des soldats nigérians avaient manifesté pour réclamer plus de moyens pour lutter contre l'insécurité

Impuissance de l'armée

Mais pour Kabiru Adamu, expert nigérian en matière de sécurité, l'armée de son pays n'est pas capable de libérer les filles :

« Nous sommes dans une situation où l'armée avec tous les moyens matériels dont elle dispose s'est fait battre à plusieurs reprises par les insurgés et vu les moyens dont ceux-ci disposent, je ne vois pas comment l'armée nigériane pourrait avoir le dessus. »

Malgré la mobilisation suscitée par le mouvement "Bring back our girls", l'attention médiatique autour du sort des lycéennes est retombée et les pays étrangers qui avaient proposé leur aide logistique et militaire au Nigeria se plaignent du manque de progression des recherches.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !