1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

"Il ne faut pas abandonner l'opposition turque" (taz)

C'est un NON à un Oui écrit die tageszeitung. La taz selon laquelle tout n'est pas fini - au vu du nombre de manifestants qui ont investi la rue pour dénoncer l'instauration d'une dictature en Turquie.

Türkei Referendum - Proteste (picture alliance/dpa/E. Gurel)

Des milliers de personnes dénoncent les résultats du référendum de dimanche en Turquie

Le quotidien allemand rappelle par ailleurs que les deux principaux partis d'opposition, le CHP et le HDP (pro-kurde) ont vigoureusement dénoncé les "manipulations" des résultats et rejété la décision du Haut-Conseil électoral. Dans ce contexte particulier, l'Allemagne et l'Europe ne doivent pas abandonner l'opposition turque face au renforcement des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, prévient la taz. Et le journal de poursuivre, l'introduction de la peine de mort par le président Erdogan risquerait de mettre rapidement fin au processus d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

Türkei Ankara Rede Erdogan nach Referendum (picture-alliance/AP Images/Turkish Presidency)

Le président Erdogan célèbre sa victoire devant la foule

Or, en aucun cas, la Turquie ne devrait être isolée de l'Europe et vice versa. Die tageszeitung souligne enfin que les dirigeants européens ne doivent pas laisser l'avenir des milliers d'hommes et de femmes entre les mains de Recep Tayyip Erdogan. Or pour l'instant, la réaction de Bruxelles se résume à l'ouverture d'une enquête sur les irrégularités présumées qui ont marqué le référendum de dimanche.

US-Flugzeugträger USS Carl Vinson (picture-alliance /dpa/ZUMA/U.S. Navy/DOD/M. Brown)

L'armée américaine face aux velleités nord-coréennes

La Corée du Nord poursuit ses essais de missiles 

"Le temps de la patience stratégique est terminée" a déclaré le vice-président des Etats-unis. Selon la Süddeutsche Zeitung qui rapporte ces propos de Mike Pence, le nouvel essai nord-coréen a été un échec. A peine lancé, le missile tiré par Pyongyang a explosé quelques secondes plus tard. Il n'empêche ! Le tir de missile devant marquer la célébration du 105ème anniversaire du père fondateur de la Corée du Nord, Kim II-sung, n'a fait que dégrader davantage les relations entre Washigton et Pyonyang, écrit pour sa part la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Du coup, le vice-président américain, Mike Pence, en visite en Corée du Sud, n'a exclu aucune réaction militaire de la part de l'administration Trump. Washington qualifie de belliqueuse l'attitude du dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un. C'est dans ces conditions et face à la menace de la Corée du Nord que Mike Pence a par ailleurs réitéré l'engagement des Etats-Unis à assurer aussi la sécurité du Japon. 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !