HRW dénonce les pressions de Khartoum sur les ressortissants sudistes | Afrique | DW | 05.03.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

HRW dénonce les pressions de Khartoum sur les ressortissants sudistes

500 à 700 000 Sud-Soudanais vivent encore au Soudan (du nord). Ils n'ont pas pu, ou pas souhaité, gagner le Soudan du sud à l'indépendance et les autorités de Khartoum les soumettent à une sorte de chantage au passeport.

Les deux Etats soudanais ont passé un accord censé permettre le retour au Soudan du sud de ses ressortissants, c'est-à-dire, comme le stipule la loi sud-soudanaise, de ceux qui ont « des parents, grands-parents ou arrière-grands-parents » nés sur l'actuel territoire du Soudan du sud. De nombreux Soudanais du Sud ont ainsi regagné leur pays d'origine depuis son accession à l'indépendance, en juillet dernier. Mais, Khartoum a fixé un ultimatum aux Sud-Soudanais présents sur son territoire : soit ils partent d'ici au 8 avril, soit ils risquent d'être déchus de leur nationalité soudanaise.

Des centaines de milliers de personnes concernées

Ces personnes ne sont pas rentrées par choix personnel, dans les cas de couples mixtes par exemple, ou parce qu'elles estiment que leurs conditions de vie seraient moins bonnes au Sud. Quoi qu'il en soit, l'ONG Human Rights Watch rappelle qu'au vu du droit international, un Etat ne peut décider de discriminer ou déchoir arbitrairement une partie de sa population de sa nationalité sur la base de ses origines géographiques ou ethniques.

Par ailleurs, les accords internationaux prévoient qu'un Etat ne peut rendre apatrides des personnes résidant sur son territoire et donc des autorités ne peuvent retirer leur passeport à des citoyens qu'une fois que ceux-ci en ont obtenu un autre valide, d'un autre Etat. D'ailleurs, l'ONG souligne que parmi les Soudanais d'origine sudiste, nombreux sont ceux qui sont nés au nord, ou y vivent depuis des décennies, et que leurs liens avec le Soudan du sud sont parfois extrêmement ténus.

Le nord interdit la double-nationalité

Le Soudan du nord a mis en place une règle qui stipule que les citoyens qui obtiennent ou sont susceptibles d'obtenir la nationalité sud-soudanaise n'ont plus le droit de garder leur passeport nord-soudanais. Un jeu sur les mots en forme de casse-tête juridique qui vient compliquer encore davantage des relations déjà très tendues entre les deux pays.

Pour plus d'explications, écoutez ci-dessous l'interview avec Jehanne Henry. Chercheuse au bureau Afrique de Human Rights Watch à New York, elle était en mission d'observation au Soudan lors du référendum sur l'indépendance du Soudan du sud il y a un an.

Auteur: Sandrine Blanchard
Edition: Marie-Ange Pioerron

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !