1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Horst Köhler et l'Afrique

La démission de Horst Köhler a créé la surprise. Elle suscite également un certain émoi en Afrique. Car de toutes les régions du monde, c'est l'Afrique qui tenait le plus à coeur à l'ancien président allemand.

default

Il l'a déjà démontré par les nombreux voyages, en tout cas pour un président allemand, qu'il a effectués en Afrique. Tout prochainement encore il devait se rendre au Burkina Faso et en Afrique du sud. Mais son attachement à l'Afrique il l'a également attesté par son franc-parler. Que ce soit en disant aux gouvernants africains des vérités qui dérangent. Que ce soit en rendant hommage au courage des Africains:

"L'Afrique vit l'émergence de sociétés civiles. De plus en plus d'Africains ne s'accommodent plus de leur sort. Des paysans se regroupent pour acheter des semences et construire un puits. Des mouvements citoyens dénoncent la corruption. Des femmes prennent l'initiative de construire des écoles."

Horst Köhler in Ruanda

Horst Köhler au Rwanda en 2008

En juillet 2004, dans son discours d'investiture, Horst Köhler indique clairement que l'Afrique est pour lui une priorité. Ce qui ne déclenche pas forcément l'enthousiasme en Afrique. Car on sait bien que Horst Köhler a été auparavant directeur du Fonds monétaitre international. Ce FMI qui a imposé tant de programmes d'ajustement structurel, avec des coupes dans les dépenses de santé et d'éducation. Ulf Engel, africaniste de l'université de Leipzig:

"En Afrique beaucoup de gens ont sans doute identifié Köhler à la politique du FMI en Afrique. Et puis pendant son premier mandat il a crée son "partenariat pour l'Afrique". Il a trouvé ses propres marques, et cela l'a rendu très populaire en Afrique. "

Horst Köhler beim Forum Partnerschaft mit Afrika PANO

Conférence du "Partenariat avec l'Afrique" en 2008 à Abuja au Nigéria

Ce partenariat avec l'Afrique c'était dans l'esprit de Horst Köhler, l'instrument d'un vrai dialogue avec l'Afrique. Il y a eu à ce titre beaucoup de rencontres, de débats, sur des sujets comme les défis de la jeune génération africaine ou les difficiles relations de l'Afrique avec l'Europe. Le problème c'est qu'en Allemagne le président de la République n'a qu'un rôle représentatif. Horst Köhler n'avait pas le pouvoir d'appliquer les belles idées de son partenariat pour l'Afrique. Et ce qu'il faut craindre, c'est que celui ou celle qui va lui succéder, voudra se distinguer en fixant une tout autre priorité.

Auteur: Maja Braun/Marie-Ange Pioerron
Edition: Fréjus Quenum

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !