1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Horst Köhler démissionne

Le président allemand a annoncé lundi sa démission à effet immédiat. En cause : une polémique sur des propos tenus à la radio à propos de la présence de l'Armée allemande en Afghanistan.

default

Horst Köhler le 21 mai 2010, lors d'une visite aux soldats de la Bundeswehr en Afghanistan.

Lorsque l’invitation à la conférence de presse a été lancée lundi après-midi, aucun sujet spécifique n’était annoncé. Une pratique peu courante qui laissait présager une annonce de taille. C’est avec sa femme que le président se présente devant son auditoire :

"J’annonce mon retrait immédiat de la fonction présidentielle. Merci aux nombreuses personnes en Allemagne qui m’ont fait confiance et qui m’ont soutenu dans mon travail. Je vous prie de faire preuve de compréhension pour ma décision."

La mine grave, Horst Köhler a justifié son départ en évoquant explicitement ses propos sur l’intervention de l’armée allemande en Afghanistan. Le 22 mai dernier, Köhler avait affirmé qu’un pays comme l’Allemagne, qui dépend largement du commerce extérieur, devait savoir que dans le doute, même une intervention militaire pouvait être nécessaire pour défendre ses intérêts économiques.

Superteaser NO FLASH Horst Köhler Tritt zurück

Suite à ces propos, des hommes politiques, de l’opposition notamment, avaient critiqué les paroles du président. Ils soulignaient que celui-ci avait une idée fausse du rôle de l’intervention militaire en Afghanistan, intervention qui ne devait pas servir les intérêts économiques de l’Allemagne.

Un an après sa réélection

La réponse d’Horst Köhler à ces attaques a été claire : "Mes propos quant à l’intervention allemande en Afghanistan ont été vivement critiqués. Je regrette que mes paroles aient pu mener à des malentendus, et cela dans une question difficile pour notre pays. Mais la critique va jusqu’à prétendre que je cautionne des interventions de la Bundeswehr, qui ne sont pas en accord avec la constitution. Cette critique n’est absolument pas fondée et c’est la manifestation tangible d’un manque de respect pour ma fonction."

Avant de quitter la salle de conférence, Horst Köhler a affirmé : "Cela a été un honneur de servir l’Allemagne en ma fonction de président."

Horst Köhler était président depuis 2004. Il avait été réélu l’année dernière seulement. Comme le prévoit la constitution, c'est le président de la chambre haute du parlement, le Bundesrat, qui devient président par intérim jusqu’à la prochaine élection présidentielle, qui doit avoir lieu sous trente jours.

Auteur : Sylvie Ernoult

Edition : Marie-Ange Pioerron