1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Hissène Habré devant la justice

Ce lundi s'ouvre à Dakar le procès très attendu de l'ex-président tchadien, Hissène Habré. Il se déroulera devant les Chambres africaines extraordinaires, tribunal spécial créé par l'Union africaine avec le Sénégal.

L'ex-dictateur Hissène Habré fut au pouvoir de 1982 à 1990, avant d'être renversé par l'actuel président tchadien Idriss Deby et de se réfugier au Sénégal. Hissène Habré est poursuivi "crimes contre l'humanité, crimes de guerre et crimes de torture". Il est l'un des premiers présidents africains à être jugé par des tribunaux du continent. C'est en ce sens que son procès reste tout un symbole, pour le Sénégal en particulier et pour l'Afrique en général. De l'avis du professeur Penda Mbow, c'est un honneur que ce procès ait lieu sur le sol africain. De plus, elle dit s'attendre à un procès équitable.

"Mieux vaut que ce procès soit organisé par le Sénégal que par d'autres pays. Nous espérons avoir un procès équitable qui va permettre à l'Afrique de renforcer non seulement son image mais aussi sa justice."

Hissène Habré dit ne pas reconnaître la légalité, ni la légitimité du tribunal créé par l'UA pour le juger

Hissène Habré dit "ne pas reconnaître la légalité, ni la légitimité" du tribunal créé par l'UA pour le juger

Le procès de Hissène Habré suscite déjà des passions de part et d'autre. Ce procès, selon la sociologue Marie Angélique Savané, doit servir de leçon à tous les dirigeants africains qui s'accrochent au pouvoir.

"Est-ce que le procès de Hissène Habré va régler les choses? Effectivement, cela va régler le problème de ceux qui sont contre lui, ça va aussi soulager les victimes, mais ça ne règle pas la question de la dictature de ces chefs d'État qui croient qu'ils sont présidents à vie, qui veulent changer les Constitutions. Mieux, une fois élus, ils cherchent à avoir un pouvoir dimensionnel."

Quelques 2500 victimes et une soixantaine de témoins sont déjà entendus, a révélé Mbacké Fall, le procureur général des chambres africaines extraordinaires. Plus de 4.000 victimes seront parties civiles au procès et une centaine de témoins devraient aller à la barre le temps du procès. Après l'ouverture du procès, il sera question de procéder à l'étude de personnalité de l'accusé, son parcours professionnel et sa personnalité.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !