1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Hama Amadou reste en prison

La justice nigérienne a décidé de maintenir Hama Amadou en détention provisoire. La candidature de Hama Amadou à la présidentielle du 21 février a pourtant été validée. Réactions.

Au Niger, la cour constitutionnelle a validé ce week-end 15 candidatures pour la présidentielle du 21 février. Parmi les candidats retenus figure Hama Amadou, ancien président de l’Assemblée nationale, chef du Moden FA Lumana. Hama Amadou, mis en cause dans une affaire de trafic de bébés et que la justice a décidé ce matin de maintenir en détention provisoire. Ses partisans dénoncent une « cabale » politique, destinée à affaiblir sa candidature. Me Mossi Boubacar, vice-président du parti de Hama Amadou et membre de son collectif d’avocats s’insurge de cette décision et rappelle que les autres personnes mises en cause dans cette affaire sont, elles, en liberté provisoire :

"Je ne comprends pourquoi Hama doit garder prison. Tout simplement parce qu'il est un candidat sérieux contre la réélection de Mamadou Issoufou... Le régime est en train de faire campagne pour nous avec cette persécution politique, pour nous empêcher de battre campagne. Aujourd'hui, Hama Amadou n'a été présenté à aucun juge. Le 14 novembre, avant même qu'il ne rentre au pays, le ministre de l'Intérieur avait dit qu'aucun juge ne pourrait prononcer la liberté provisoire. Il est humiliant pour le régime de conforter aujourd'hui cette position.

Niger Proteste Ausschreitungen

En novembre 2015, des partisans de Hama Amadou ont protesté dans les rues de Niamey

Les maladresses du régime actuel ne peuvent pas être dans l'intérêt du peuple. Il y a un ras-le-bol généralisé de la gabegie, avec les ressources. Pendant cinq ans, le président Issoufou a agi contre les intérêts du peuple, la démocratie et la bonne gouvernance. On ne peut pas laisser ce régime-là continuer à tirer le Niger dans l'abîme."

Le journaliste Mamane Mamadou Zarami, également conseiller du Président Issoufou, balaie ces reproches du Moden Lumana FA d’un revers de main. Pour lui, toutes les conditions sont réunies pour que la campagne électorale officielle, qui s’ouvrira fin janvier, se déroule dans les meilleures conditions :

"Pour cela, il y a un Conseil supérieur de la communication. Les interventions seront les mêmes pour tout le monde. Dans tous les journaux de radio et télévision etc., il y a des espaces où vous avec le droit intervenir. Mais certains partis n'arrivent même pas à remplir ces espaces, ils n'ont pas assez de gens capables de venir défendre leur programme. Certains partis n'ont même pas de programme.

Niger Mahamadou Issoufou und Hama Amadou

Mahamadou Issoufou et Hama Amadou ont été alliés. Ils sont désormais rivaux.

Quant à Hama Amadou, n'est-ce pas lui qui a trahi? Alors que le Président Issoufou trravaillait à faire avancer le Niger, les journaux de Hama Amadou critiquaient le président de la République alors qu'à l'époque, ils avaient une alliance. La trahison vient de quel côté?"

Par ailleurs, les avocats du Niger ont observé aujourd’hui une journée de grève pour dénoncer le refus des autorités de les laisser voir leurs clients détenus en lien avec un putsch déjoué mi-décembre.
En fin de semaine dernière, les chefs traditionnels du Niger ont exprimé leur "préoccupation" face au climat politique "délétère" à un mois et demi du scrutin présidentiel.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !