1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Grogne, Grèce... "Grexit"?

Les journaux s'impatientent de la crise grecque et parlent d'une action spectaculaire en faveur des migrants organisée à Berlin. Un groupe d'artistes va enterrer dans la capitale allemande des migrants naufragés en mer.

Le quotidien die tageszeitung revient sur l'action « les morts arrivent », cette mise en scène macabre de militants du « Centre pour la beauté politique » devant la chancellerie à Berlin. Un groupe d'artistes organise cette semaine des enterrements de migrants morts noyés en Méditerranée, dans des lieux publics de la capitale allemande.

Zentrum für Politische Schönheit Sprecher Justus Lenz

Le Centre pour la Beauté politique organise une action coup de poing

La taz salue le fait que l'opinion publique allemande se pose de plus en plus de questions sur les causes de l'émigration massive, la faim, les persécutions, la guerre. Mais que fait-on des cadavres des naufragés ? Personne ne s'en préoccupe. Alors non, écrit la taz, la mise en scène devant la chancellerie n'est pas cynique, c'est notre société qui est cynique, elle qui doit se prendre réellement les pieds dans des cadavres pour réaliser que les migrants ne sont pas des objets statistiques, mais bien des humains qui ont droit à notre soutien.

L'Allemagne s'impatiente au sujet de la Grèce

Quant aux négociations qui n'en finissent pas, entre la Grèce et ses créanciers, la taz résume le blocage en une seule ligne : « Juncker, le chef de la Commission européenne, veut négocier jusqu'à fin juin, les Grecs acceptent des compromis, mais cela ne suffit pas à Schäuble, le ministre allemand des Finances ».

Varoufakis Porträt Symbolbild Griechenland EU Schuldenkrise

Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis

« La Grèce se met hors-jeu », s'impatiente la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Le journal a l'impression que la dispute avec la Grèce « dure depuis une éternité » et pose la question ouvertement : « est-ce que la Grèce est menacée de faillite et doit-elle quitter l'union monétaire européenne (et pourquoi pas l'UE) ? Ou est-ce que les créanciers dont prêts à accepter les « propositions » faites par la Grèce en dépit du manque patent de volonté de ses dirigeants à réformer le pays derrière leur sourire suffisant désormais devenu insupportable? ».

La Süddeutsche Zeitung consacre un appel en Une, toute sa page 2 et un commentaire à la Grèce. La SZ abonde dans le sens du ministre grec des finances et plaide pour une remise de dette partielle qui permettrait un « nouveau départ » de la Grèce, mais à la seule condition que les Grecs et leurs dirigeants ne poursuivent pas sur la même lancée politique que jusqu'à présent. La SZ qui souhaite qu'Angela Merkel se souvienne que l'Allemagne a bénéficié à plusieurs reprises dans le passé d'une telle mesure salvatrice de la part des Etats-Unis.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !