Grève dans une mine d′uranium au Niger | Afrique | DW | 26.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Grève dans une mine d'uranium au Niger

A Imouraren dans le nord du pays, les travailleurs de l'une des plus grandes mines d'uranium au monde observent depuis hier une grève de sept jours. Motif : ils dénoncent leurs conditions de travail.

default

Mineur dans une mine d'uranium dans le nord du Niger

Certains travaillent 12h par jour et sept jour sur sept. Ils ont reçu le soutien d'Ali Drissa, le coordinateur du réseau des organisations pour la transparence dans l'analyse budgétaire au Niger. On écoute Ali Drissa :

"Nous ne pouvons pas comprendre que l'on demande des efforts surhumains à des personnes qui travaillent sur ces sites. Et aujourd'hui nous donnons raison à ces travailleurs qui doivent exiger l'amélioration des conditions de travail. Et comme déjà la société est en train de vouloir remettre en cause les date limite d'exploitation prévue (c.à.d.2012), nous pensons que le gouvernement nigérien se doit de prendre en compte les intérêts du peuple nigérien pour dénoncer ce contrat immoral et signer avec qui peut l'exploiter dans l'immédiat."

Niger Uranabbau Uran

La mine d'Arlit

Le groupe nucléaire français, Areva qui exploite le site d'Imouraren dit agir en parfaite conformité avec les règles qui régissent l'activité minière. Maxime Michaud est du service de presse du groupe Areva :

" En fait, c'est le rythme de travail sur l'essentiel voire la quasi totalité des sites miniers dans le monde. C'est à dire que vous travaillez plus longtemps dans la journée pendant un certain nombre de jours consécutifs, -donc week-end compris- et en échange vous avez beaucoup plus de congé. Malheureusement, il n'y a pas vraiment de solution alternative . Aujourd'hui la plupart des sites miniers dans le monde ont adopté ce principe. En l'état des choses, changer cela n'est pas envisageable. C'est vrai qu'aujourd'hui on est dans une situation où nous souhaitons tout à fait maintenir le dialogue social, mais il faut aussi comprendre qu'il y a des réalités économiques et des réalités de terrain. C'est vrai qu'on espère pouvoir réussir à trouver une solution !"

Auteur : Isaac Dosso
Editiopn . Philippe Pognan