Golfe du Mexique : une chance d′arrêter la fuite | International | DW | 13.07.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Golfe du Mexique : une chance d'arrêter la fuite

La compagnie BP a installé lundi un nouvel entonnoir, pour récupérer le pétrole qui se répend dans la mer depuis le naufrage de la plate-forme Deepwater Horizon fin avril. La phase de test a commencé.

default

Les opérations de nettoyage se poursuivent sur les côtes américaines.

Après la pose, lundi soir, de l'entonnoir baptisé "Top Hat 10", la question est de savoir si ce nouveau dispositif peut résister à la pression du pétrole qui s'échappe du fond marin. Une pression énorme, puisque la fuite rejette jusqu'à 60.000 barils par jour.

Au moins deux scénarios sont possibles, comme l'a expliqué l'amiral Thad Allen, qui dirige les opérations de lutte contre la marée noire, en collaboration avec BP. "L'entonnoir pourra nous dire si la pression parvient à être contenue au niveau du puits, auquel cas nous pourrons le boucher, ou si nous pouvons simplement récupérer le pétrole."

Thad Allen

L'amiral des garde-côtes Thad Allen s'est réjoui, lundi, des progrès réalisés.

Récupérer le pétrole, c'est ce qui était fait jusqu'à maintenant. Mais grâce à ce nouvel entonnoir, on pourrait désormais capter la totalité du brut, avec des navires en surface capables de recueillir 80.000 barils par jour, soit plus que l'estimation haute de la fuite. On devrait savoir au plus tard jeudi lequel de ces scénarios est mis en pratique.

Un nouveau moratoire

L'administration Obama, de son côté, vient d'instaurer un nouveau moratoire sur les forages en eaux profondes dans le Golfe du Mexique. Après une première mesure annulée par la justice le 22 juin, l'administration américaine a revu sa copie et instauré lundi un nouveau moratoire, jusqu'au 30 novembre.

Selon Ken Salazar, le secrétaire d'État à l'Intérieur, "une pause dans les forages en eaux profondes est essentielle et appropriée pour portéger les commnunautés, les côtes et la vie sauvage face aux risques que font peser ces forages".

Ken Salazar a expliqué avoir pris cette décision en raison de "l'incapacité" du secteur pétrolier à empêcher et contenir une marée noire, qui est devenue la pire catastrophe écologique que les États-Unis aient connue.

Ölpest / USA / Golf von Mexiko / Bohrinsel

Le nouveau moratoire ne vise plus la totalité des forages en eau profonde, mais certains types de plates-formes et certaines techniques de forage.

Ce moratoire, comme le précédent, va sans doute faire l'objet de recours en justice de la part des compagnies pétrolières concernées. Et puis, il faut le rappeler, une partie de la population des zones côtières américaines travaille pour l'industrie pétrolière et est donc doublement sanctionnée. Cette population est non seulement victime de la marée noire, mais aussi de l'arrêt des forages.

Une situation compliquée, qui pèse de plus en plus sur la popularité de Barack Obama. D'après un sondage publié mardi par le Washington Post, 58% des Américains interrogés affirment avoir "peu" ou "pas du tout" confiance en Obama pour prendre les bonnes décisions pour l'avenir des Etats-Unis.

Auteur : Sébastien Martineau
Édition : Philippe Pognan

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !