Gnassingbé dans de sales draps | Afrique | DW | 22.02.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Gnassingbé dans de sales draps

La Commission nationale des droits de l'homme évoque des cas de torture au Togo, le gouvernement nie : l'Union Européenne fait état de sa « vive préoccupation » après la publication de deux versions d'un même rapport.

La Commission nationale des droits de l’homme avait été saisie en septembre 2011 pour enquêter sur des allégations de cas de torture dont auraient été victimes les auteurs du putsch raté de 2009 - parmi eux : le demi-frère du président togolais Faure Gnassingbé, Kpatcha Gnassingbé, considéré comme le cerveau de ce coup d'Etat manqué. Samedi 18 février, le gouvernement togolais a publié un rapport de la CNDH qui rejette ces accusations de torture et innocente l'Agence nationale de renseignements. La CNDH a aussitôt accusé le gouvernement d'avoir publié une fausse version du rapport. Lundi 20 février, elle publie à son tour ce qu'elle affirme être le vrai rapport. On peut y lire que « des actes de violence physique et morale à caractère inhumain et dégradant » ont bien été commis.

L'Union Européenne « souhaite que des clarifications puissent être apportées rapidement, afin d'éviter que cette situation ne nuise au climat de confiance et d'apaisement indispensable dans le pays ». La polémique se poursuit à Lomé sur la publication de ce double rapport sur les droits de l’homme. Ecoutez ci-dessous les explications de notre correspondant à Togo : Noël Tadegnon.

Edition : Cécile Leclerc

Écouter l'audio 02:02

Le collectif des associations de lutte contre l'impunité au Togo dénonce des entraves aux droits de l'homme sous Faure Gnassingbé (Noël Tadegnon)

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !