1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Gestion des migrants : l'UE va sanctionner les moins solidaires

La Commission européenne a annoncé, mardi, qu’elle allait engager des procédures légales contre trois de ses pays membres, suite à leur refus d’accueillir des demandeurs d’asile depuis l'Italie et la Grèce.

Il est reproché à la Hongrie, la Pologne et la République tchèque de persister dans leur refus de recevoir des demandeurs d’asile arrivés en Italie et en Grèce. En effet, L'UE avait décidé de répartir en deux ans 160.000 demandeurs d'asile depuis ces deux pays vers le reste de l'Union. Et ce, sur la base de quotas fixés pour chaque pays. Mais à ce jour, seulement un peu moins de 21.000 personnes ont été réparties dans le cadre de ce plan. C’est devant ce constat d’échec et le refus obstiné des 3 pays visés d'acceuillir des réfugiés que l’Union a décidé de lancer des mesures d’infraction."L’Europe, ce n'est pas seulement pour demander des financements", s’est insurgé, mardi, le  commissaire européen aux migrations, face à l’attitude des Etats mis en cause.  

Une attitude qui a atteint le seuil de tolérance fixé par les autres pays de l’Union, estime le Mannheimer Morgen. "L’UE n’est pas un magasin libre-service. La solidarité fait partie de ses obligations fondamentales. Celui qui ne peut pas y souscrire doit s’en aller", écrit le journal de Mannheim. 

Dimitris Avramopoulos (Getty Images/AFP/J. Skarzynski)

Les procédures d'infraction, annoncées par le le commissaire européen aux migrations, peuvent aboutir à une saisine de la Cour de justice de l'UE et, en dernier ressort, à de lourdes sanctions.

La sortie des autorités européennes est le signe de la non-réussite  du mécanisme de répartition des réfugiés sur le territoire européen. C’est ce que note  la Schwäbische Zeitung. "La répartition des demandeurs d’asile par quotas, devant remplacer le système injuste de Dublin, se révèle être un échec", renchérit le journal. Et d’ajouter : "Le plus triste, c’est que ceux qui ont atteint leurs objectifs politiques sont ceux qui ont refusé une solution plus juste. Quant aux défenseurs de l’idée européenne, ils commencent à s’épuiser". 

 

Inégalité dans les standards d'accueil des migrants

Concernant la répartition des réfugiés en Europe, l’accord de Dublin fait reposer sur l'Etat d'entrée dans l'UE la responsabilité de prendre en charge un demandeur d'asile. Mais face à l’afflux massif des migrants en 2015, notamment vers l’Allemagne, les pays de l’UE ont décidé d’introduire le principe de quotas obligatoires. Un dispositif mis en place pour aider à la répartition des migrants sur le sol européen en fonction de la capacité de chaque pays.

Ungarn Peter Szijjarto Außenminister (picture-alliance/AA/Hungarian Prime Ministry)

Le ministre des Affaires étrangères hongrois, Peter Szijjarto, a déclaré que son gouvernement considérait ces mesures comme un "chantage"

A travers les mesures envisagées contre la Pologne, la Hongrie et la République tchèque qui refusent de se conformer à ce nouveau règlement, l’UE cherche d'une certaine manière à sanctionner leur manque de solidarité. Mais le procès à leur encontre est remis en question par la Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Prenant exemple sur les normes allemandes concernant l’accueil des réfugiés, le journal de Francfort écrit : "Aucun partenaire  européen ne veut ou ne peut suivre les standards allemands en matière de logement et de soin pour les réfugiés. Les autres pays se disent alors : si l’Allemagne veut faire de cette manière, qu’elle le fasse seule. Concernant ces pays donc, il ne s’agit pas d’une véritable violation de contrat mais d'une tendance à pinailler." 

Jeff Sessions a fait face au Sénat 

Un ministre qui a joué à l'ignorant, à en croire le titre Die Welt, à propos de Jeff Sessions qui faisait face mardi aux sénateurs à propos d'une possible ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine. Cependant, "il n’a fait qu’appel à un droit qui s’applique au président de la République et qui lui interdit de rendre publiques des conversations privées. Le président des Etats-Unis peut aussi lui avoir imposé un tel silence au cours de leurs différents entretiens", conclut Die Welt.  
 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !