1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Gerhard Schröder et la bioéthique

En début de semaine, le référendum en Italie sur la procréation assistée a relancé le débat sur la bioéthique. Dans ce contexte, le discours de Gerhard Schröder en faveur d’un assouplissement de la législation allemande en la matière est analysé de près par la presse allemande. Pour certains journaux cependant, tout ceci a des relents de campagne électorale.

Les cellules-souches de l'embryon humain doivent-elles librement servir de matériau de recherche en biogénétique ?

Les cellules-souches de l'embryon humain doivent-elles librement servir de matériau de recherche en biogénétique ?

En tête, la Frankfurter Rundschau. Certes, le discours du chancelier a été planifié bien avant la décision de procéder à des législatives anticipées. Et puis, le sujet est bien trop controversé dans tous les partis politiques pour être réellement instrumentalisé. Cependant, avec son annonce programmatique, le chancelier marque sa différence avec Angela Merkel : impossible maintenant de lui reprocher une quelconque indifférence face à ce secteur d’avenir qu’est la biotechnologie.

Die Welt par contre souligne que jusqu’ici, les lignes de conflit en termes de bioéthique ne suivaient pas celles des camps politiques. On ne s’affrontait pas entre fractions parlementaires mais entre partisans de telle ou telle éthique. La prise de position claire du chancelier remet les choses en place. D’un côté, la sociale-démocratie et un centre bourgeois libéral, de l’autre les chrétiens et les conservateurs. Ce réalignement sera bénéfique, explique le quotidien. D’une part, les propositions de loi seront plus cohérentes. D’autre part, le processus démocratique récupérera un terme important.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung souligne l’erreur de Gerhard Schröder en la matière, en citant sa devise de la « nécessité de toujours devoir décider de nouveau ». En matière de principe, comme la peine de mort ou la protection de l’embryon, les décisions n’ont pas à être « toujours remises en question » car cela annule la raison d’être du principe qui les fonde. Même le récent succès des scientifiques coréens ne prouve pas, et de loin, qu’il suffise de tuer suffisamment d’embryons pour être certain d’éradiquer un jour la maladie d’Alzheimer ou de guérir les paraplégiques.

La Süddeutsche Zeitung relève que la Constitution allemande place la dignité de l’Homme et de la Vie au-dessus de toute loi. Elle cite le philosophe Jürgen Habermas pour qui permettre que l’embryon devienne matériau de recherche nous engage sur la pente glissante d’un eugénisme libéral. Il avait raison. Dans certaines régions du monde, la représentation de l’être humain est déjà en train de se modifier. En prononçant sa phrase, « il en va de l’avenir de l’Homme », Gerhard Schröder n’y mettait certainement pas ce sens-là. Et pourtant, c’est vrai, conclut le journal : pour ce qui concerne la recherche sur l’embryon, il y va de l’avenir de l’Homme.

  • Date 15.06.2005
  • Auteur Christophe LASCOMBES
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9dd
  • Date 15.06.2005
  • Auteur Christophe LASCOMBES
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9dd
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !