1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Gauck: « L’Allemagne ne doit plus se cacher »

Dans une interview exclusive accordée à la DW, le président allemand Joachim Gauck, plaide pour une Allemagne responsable face aux droits dans le monde, également par l’usage des armes en dernier recours.

L'Allemagne devait être consciente de sa responsabilité, explique Joachim Gauck à la présentatrice Dagmar Engel dans une interview télévisée. Quand il était plus jeune, il ne voulait pas se considérer comme Allemand, à cause des crimes commis par la génération de ses parents. Mais au cours des dernières décennies, l'Allemagne a changé; petit à petit, elle a mûri. «C’est un pays très différent de l'entre-deux guerres », dit Gauck. Aujourd'hui, il estime qu’il n’y a aucun déficit de crédibilité démocratique dans le pays et que l’Allemagne est sur un plan d’égalité avec d’autres pays européens dans le domaine de la justice, mais aussi d’un point de vue de l’égalité sociale. Grâce à cela, l’Allemagne peut être perçue à l'étranger comme un modèle de démocratie.

Ne pas rester en retrait

De ces changements doit naître, selon Joachim Gauck, une certaine prise de conscience de ses responsabilités. Le plus grand pays d’Europe ne peut pas se tenir en retrait face à la violence en Ukraine, il doit accepter son rôle d’intermédiaire dans la crise tout comme les autres Etats européens. Le président allemand lance également un appel au gouvernement ukrainien qui a perdu la confiance de son peuple à renoncer à la violence pour choisir la voie du dialogue avec l’opposition.

Prévenir les conflits avant le déclenchement des crises ethniques serait également, selon Joachim Gauck, une approche responsable de la politique extérieure. L’Allemagne doit élargir sa vision vers les autres parties du monde, pas seulement vers l’Ukraine mais aussi vers l’espace méditerranéen et se demander si elle n’a pas un rôle d’intermédiaire à jouer.

A propos de la politique allemande d’aide au développement, le président estime que la responsabilité consiste aussi à s'investir pour la protection du climat et des ressources énergétiques.

La solidarité pas la violence

En premier lieu, être responsable signifie également que l’envoi de soldats ne peut se faire qu’avec l’accord de la communauté internationale.
« L’Allemagne, aujourd'hui garante de la stabilité et de la démocratie ne doit pas rester dans l’ombre » affrime J.Gauck, « Ce n’est jamais une bonne chose quand les armes parlent, mais parfois c’est encore pire quand les bons se cachent et laissent les armes des mauvais s’exprimer. Les massacres de Srebrenica et du Rwanda ont montré ce qui peut arriver quand un pays est agressé. Agir dans ce cas, n’est pas démonstration de la violence allemande, c’est une question de solidarité ».

Au sujet de la politique intérieure allemande, le président regrette les inquiétudes au sujet de l’immigration. Outre le facteur démographique, il y a aussi de nombreuses raisons culturelles qui font que nous devrions nous réjouir de cette ouverture. L’Allemagne n’a pas encore achevé sa transition démocratique.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !