Gao la révoltée | Afrique | DW | 26.06.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Gao la révoltée

Le Mali est coupé en deux depuis plus de trois mois. Ce mardi, une manifestation organisée pour protester contre le meurtre d’un élu local a dégénéré à Gao, dans le nord du pays. Le ras-le-bol pointe le bout de son nez.

Idrissa Oumarou, l'homme abattu lundi soir (25 juin) à Gao par des hommes armés, était enseignant de profession et élu de l'Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma), la formation de l'actuel président malien de transition, Dioncounda Traoré. On ignore pour le moment l'identité de ses assassins. Selon Malick Mäga, journaliste à la radio Hadara Kouima à Gao, « certains accusent le Mouvement national de libération de l'Azawad, mais en réalité, il reste des gens armés inconnus non identifiés ».

C'est donc pour dénoncer ce crime et dire "non" aux groupes armés qui occupent la ville que des manifestants sont descendus dans les rues de Gao ce mardi. Selon certains témoins qui se sont confiés à l'Agence France presse il y aurait eu des tirs sur les manifestants. Si certains accusent les rebelles touaregs d'avoir tiré, d'autres par contre estiment que le contexte ne permet pas de déterminer avec exactitude les auteurs des tirs.

Le flou règne

S'agit-il des membres du MNLA ou des membres des groupe islamistes armés Ansar Dine ou encore du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest soutenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique ? Difficile de répondre. Malick Mäga relate sa version des faits : « Les gens sont descendus pour manifester devant le siège du MNLA. Les jeunes des quartiers ont brandi le drapeau du Mali et ont crié "vive le Mali, à bas l'Azawad". C'est là que ça a mal tourné car les gens du MNLA ont tiré sur la foule. Les informations sur place donnent plusieurs dizaines de blessés et 2 à 3 morts. » D'autres bilans font état d'un mort par balle.

Karte Mali Seperationbewegung Azwad Französisch

Gao est sous contrôle des groupes armés dans le nord du Mali

Dans tous les cas, on fait face à une exaspération générale des habitants de Gao, surtout en ce qui concerne la jeunesse puisque cette manifestation n'est pas une première. En mai déjà, des manifestants en colère avaient protesté contre l'occupation de la ville par des groupes armés islamistes notamment. Puisque ces groupes imposent un mode de vie qui ne convient pas à tout le monde. Les jeunes par exemple n'ont pas le droit de jouer au football ou de regarder la télévision.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !