Fraude fiscale : les derniers paradis d′Europe | Europe | DW | 10.04.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Fraude fiscale : les derniers paradis d'Europe

Depuis que les services secrets allemands se sont procurés une liste de contribuables qui avaient placé leur argent au Lichtenstein, le débat sur les paradis fiscaux en Europe est revenu sur le devant de l’actualité

Le logo de la Landesbank du Lichtenstein

Le logo de la Landesbank du Lichtenstein

L’ Italie est aussi touchée par ce scandale: le gouvernement a ouvert une enquête sur près de 400 personnes dont les noms se trouvent sur cette fameuse liste des titulaires de comptes au Lichtenstein. Même si, traditionnellement dans ce pays, la fuite de capitaux prend plutôt la direction de Saint Marin ou Monaco... Moins glamour, au cœur de Rome, se trouve même un paradis fiscal d’une toute autre sorte : la cité du Vatican. Aussi étrange que cela puisse paraître, le Vatican est considéré comme un paradis fiscal. La raison : la banque du Vatican n’est pas soumise aux lois internationales sur le contrôle des entités financières.

En Suisse, un reportage de la télévision allemande ZDF a montré comment des employés de la banque suisse UBS ont proposé à leurs clients d’organiser eux même l’évasion de leurs capitaux. Dans ce contexte de tension autour du secret bancaire, Bruxelles fait pression sur Berne pour obtenir un statut équivalant à celui accordé en 2001 aux Etats-Unis après les attentats de New York.

La rédaction vous recommande