1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Frank Walter Steinmeier en Syrie

Après le Liban et Israel, c’est en Syrie que s'est achevé ce lundi le voyage de cinq jours au Proche Orient du ministre allemand des Affaires étrangères.

Bachar al-Assad et Frank Walter Steinmeier

Bachar al-Assad et Frank Walter Steinmeier

- A Damas, Frank-Walter Steinmeier a rencontré son homologue Oualid Mouallem avant d’avoir une entrevue de deux heures avec le président syrien Bachar al-Assad… Une entrevue franche et ouverte selon les membres de la délégation qui ont accompagné le chef de la diplomatie allemande au cours de ce voyage au Proche - Orient. Au menu des entretiens : avant tout le conflit israélo- palestinien et la situation au Liban. La Syrie, a estimé M. Steinmeier, pourrait œuvrer pour la paix dans la région en usant de son influence pour tempérer le mouvement palestinien du Hamas. Hamas, dont le dirigeant, Khaled Maschaal vit en exil, on le sait, à Damas. Une proposition que le ministre allemand a d’ailleurs aussi répétée au sujet de la milice chiite du Hezbollah libanais. Dans une conférence de presse, ce lundi à Damas, Frank Walter Steinmeier a indiqué avoir appelé la Syrie à ne rien entreprendre qui pourrait aboutir «directement ou indirectement à une déstabilisation » du Liban. Quant à lui, le président Bachar al-Assad a affirmé que son pays "n'intervenait pas dans les affaires des autres, mais que la situation régionale requiert que tous déploient des efforts pour sortir le Proche-Orient de la tension". Selon l'agence de presse officielle Sana, M. Assad aurait tenu ces propos lors de son entretien avec M. Steinmeier. "Il est important de réaliser une paix juste et globale au Proche-Orient. La Syrie fait partie d'une solution dans la région et non du problème", a aussi affirmé M. Assad.

Auparavant, le ministre allemand avait rencontré son homologue syrien Oualid Mouallem et le vice-président Farouk Chaara. Oualid Mouallem a assuré « qu’en principe la Syrie serait prête à établir des relations diplomatiques avec le Liban »…mais pour cela, a-t -il souligné, "le Liban doit d’abord surmonter ses divisions internes"… Par ailleurs, le diplomate syrien a formellement démenti tout soutien à des groupes terroristes quels qu’ils soient. Oualid Mouallem a déclaré espérer que l’Allemagne qui, à partir du 1er janvier 2007, assurera la présidence tournante de l’Union européenne , puisse relancer le « quartette du Proche Orient » pour arriver à une solution du conflit israélo-palestinien. MM. Mouallem et Steinmeier "ont convenu de poursuivre les contacts afin d'oeuvrer ensemble en faveur de la sécurité et de la stabilité dans la région".Le rôle de l’Allemagne dans la région devrait correspondre à sa puissance économique, a en outre estimé M.Mouallem qui a dit espérer que le gel des négociations d’association avec l’Union européenne soit rapidement levé...

Frank Walter Steinmeier a pour sa part appelé la Syrie à introduire des réformes économiques et politiques. "Sans la participation de la société civile, en l'absence d'un Etat de droit, il n'y aura pas de stabilité dans la région", a-t-il estimé. Le ministre allemand a quitté Damas en fin d'après-midi…