Fragile retour au calme en Thaïlande | International | DW | 08.10.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Fragile retour au calme en Thaïlande

Quadrillée par l'armée, Bangkok a été hier le théâtre de violents affrontements entre manifestants anti-gouvernementaux et policiers. Il s’agit des pires heurts depuis 16 ans.

default

Bilan des affrontements: trois morts et près de 450 blessés

Les incidents ont commencé hier matin, à l'aube. 5.000 personnes de l'Alliance du peuple pour la démocratie, la PAD, s'étaient rassemblés autour du Parlement thaïlandais pour empêcher le Premier ministre, Somchai Wongsawat, d'y prononcer son discours de politique générale. Un manifestant raconte:


„Nous étions assis et nous étions en train de chanter quand la police est arrivée avec des gaz lacrymogènes et a commencé à nous tirer dessus. Nous sommes ici pour défendre nos droits, pour défendre les droits de la Thaïlande. Le gouvernement thaïlandais ne fait rien pour le peuple

Gewalttätige Unruhen in Thailand

L'armée a déployé de nombreux soldats dans Bangkok. Les spécialistes du tourisme craignent déjà des répercussions


Bilan des affrontements : trois morts, dont un policier et près de 450 blessés, selon des sources médicales.

Le PAD, coalition extra-parlementaire qui rassemble des hommes d'affaires, des universitaires et des activistes, organise depuis plusieurs mois déjà une vaste campagne anti-gouvernementale. Depuis fin août, le PAD occupe le siège du gouvernement, tandis que début septembre des heurts similaires à ceux d'hier avaient eu lieu. Face à cette situation, le prédécesseur de Somchai Wongsawat, Samak Sundaravej, avait instauré l'état d'urgence avant de démissionner.

Thailand Ministerpräsident Somchai Wongsawat

Le Premier ministre Somchai Wongsawat, beau-frère de Thaksin Shinawatra


Le PAD reproche la même chose aux deux hommes à savoir leurs liens avec Thaksin Shinawatra. Premier ministre thaïlandais entre 2001 et 2006, ce dernier, soupçonné d'être impliqué dans diverses affaires de corruption, est actuellement en exil en Grande Bretagne. Le PAD l'accuse de miner la démocratie et de vouloir abolir la monarchie. Ce que Thaksin dément.

Thailands Ex-Premier und Eigner von Manchester City auf der Zuschauertribüne

Thaksin Shinawatra, celui que la PAD accuse de miner la démocratie

Somchai Wongsawat, qui en plus d'être l'actuel Premier ministre est aussi le beau-frère de Thaksin Shinawatra, a réussi, malgré les heurts, à prononcer son discours devant les députés. Il a lancé un appel à la réconciliation nationale et s'est engagé à « écouter tout le monde pour mettre fin à la crise », sans toutefois proposer de dialogue avec le PAD. Son vice-Premier ministre a quant à lui présenté sa démission. Il était chargé d'une médiation avec les manifestants. Des manifestants qui ont d'ores et déjà promis de nouvelles actions.




default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !