1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Finalement c'est non !

Non à l'indépendance ! Les Ecossais se sont prononcés à une large majorité en faveur de l'union et contre l'indépendance vis-à-vis du Royaume Uni. Signification de ce vote et réactions.

Le référendum a été marqué par une participation record : plus de 84 % de l'électorat a répondu présent.

Le référendum a été marqué par une participation record : plus de 84 % de l'électorat a répondu présent.

Au total quatre millions d'Ecossais se sont exprimés jeudi sur la question de l'indépendance. La réponse a été claire : avec 55,3% de voix pour le oui, l'Ecosse reste donc au sein du royaume. Pour Alistair Darling, chef de fil des unionistes écossais, cette victoire est à marquer d'une pierre blanche :

"C'est un jour mémorable pour l'Ecosse et aussi pour le Royaume-Uni dans son ensemble. En confirmant notre place au sein de l'Union, nous avons réaffirmé tout ce que nous avons en commun et les liens qui nous unissent. Des liens qui n'ont jamais été rompus. "

Sur les 4 millions d'Ecossais qui se sont exprimés, moins de 2 millions étaient favorables à l'indépendance du pays. Mais avec 44 % de voix, le rêve des indépendantistes s'est brisé. Alex Salmond, Premier ministre écossais a reconnu très tôt la défaite de son camp, même s'il en a profité pour appeler Londres à respecter sa promesse de transférer davantage de pouvoir à l'Ecosse.

Appel au rassemblement

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Les Britanniques et la commission européenne se sont, eux, félicités de la victoire du non et y voient une décision en faveur de l'Europe. Le Premier ministre britannique, David Cameron, a appelé le Royaume-Uni à se "rassembler" après la victoire du non. Il a par ailleurs promis de nouveaux pouvoirs aux Écossais, ainsi qu'aux trois autres composantes du Royaume-Uni :

"Les Ecossais ont parlé, et c'est un résultat clair. Ils ont gardé notre pays uni, un pays composé de quatre nations. Et tout comme des millions d'autres personnes, je suis ravi. Comme je l'ai dit pendant la campagne, le oui aurait brisé le cœur notre Royaume-Uni. Et je sais que ce sentiment était partagé par des gens non seulement dans notre pays, mais aussi à travers le monde. "

En clair, les dirigeants européens avaient prévenu qu'en cas d'indépendance, l'Écosse serait considérée comme un pays non membre de l'Union européenne et devrait donc passer par une procédure d'adhésion.