Fin du service militaire, un casse-tête pour les services sociaux | Allemagne | DW | 01.07.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Fin du service militaire, un casse-tête pour les services sociaux

Jusqu'ici les jeunes hommes avaient le choix de faire soit le service militaire, soit un service civil dans des organisations d'aide sociale, des jardins d'enfants ou des hôpitaux.

default

Jeunes recrues de la Bundeswehr, les derniers appelés au service militaire obligatoire

Or, à partir d´aujourd´hui 1er Juillet, le service militaire obligatoire n'existe plus en Allemagne. Maintenant que le service militaire est supprimé, le service civil n´est plus obligatoire, lui non plus. Pourtant les organisations caritatives ont grand besoin de volontaires.

C´est un problème qui préoccupe, non seulement les organisations d´aide sociale, mais aussi le gouvernement fédéral d´Allemagne, qui espère que les jeunes garcons et filles continueront de s´engager dans le service civil. Cet engagement consistait par exemple à assister des personnes âgées, à faire des courses pour des handicapés, à encadrer des enfants, etc. Mais à partir du moment où le service militaire est supprimé, les organisations d´aide sociale craignent que l´engagement pour ces services diminue.

La Diakonie en Allemagne par exemple a besoin de 7. 500 volontaires par an. Désormais on est dans l'expectative. Andrea Elsmann travaille dans cette organisation:

"Soit on ne peut plus du tout garder le service civil dans son volume d´antan, parce qu´il n´y a pas assez de gens qui le font. Ou bien il deviendra plus cher."

Zivildienst in Deutschland

Dans le cadre de son service civil, un jeune homme travaillant dans un hospice de Cologne

Daniel Winz appartient à la génération de ceux qui ont fait le service civil. Personne n´a contraint ce jeune de 20 ans, à s´engager pour aider des enfants, des nécéssiteux ou des personnes âgées. Daniel Winz:

„Je ne voulais pas faire un service avec des armes. Je voulais plûtot faire quelque chose qui puisse avantager la société. Je voulais aider des nécessiteux. C´était pour moi, plus important. C´est mieux de faire quelque chose pour la société que d´apprendre à manier des armes."

Maintenant la question se pose de savoir, si les jeunes filles et garcons continueront de s'investir dans le service civil, malgré la suppression du service militaire.

Auteur: Wolfgang Dick, Eric Séguéla
Edition: Philippe Pognan