1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Fin du monopole de la Deutsche Post AG

Les journaux allemands reviennent ce matin sur le sommet de hauts responsables de la coalition gouvernementale, en début de semaine. Parmi les grandes mesures décidées par les chrétiens-démocrates de la CDU et les sociaux-démocrates du SPD : la fin du monopole de la Deutsche Post AG dans la distribution du courrier, une décision qui pourrait être contrebalancée par l’introduction, dans la branche postale, d’un salaire minimum.

default

A partir du 1er janvier prochain, c’en sera donc fini du monopole de la Deutsche Post dans la distribution du courrier, mais, comme le titre la Frankfurter Rundschau, « La coalition protège les facteurs ». Le journal rappelle que l’entreprise avait tout d’abord refusé catégoriquement la mise en place d’un salaire minimum, en menaçant de supprimer jusqu’à 32 000 emplois. La poste allemande craint en effet de ne pas pouvoir faire face à la concurrence étrangère et à ses bas salaires. La CDU, hostile à l’introduction d’un salaire minimum légal généralisé, est désormais prête à des concessions pour la poste, mais les chrétiens-démocrates refusent d’en faire un précédent qui servirait de modèle aux autres secteurs économiques, ce que préconise, en revanche, le SPD.

Die Welt

déplore pour sa part l’arrière-goût d’inachevé des décisions annoncées par le gouvernement, que le journal qualifie de « simili décisions » : un « quasi compromis » sur la poste, un « presque accord » sur la mise en route du train à grande vitesse Transrapid à Munich ainsi que le report à l’automne de la décision sur l’engagement allemand en Afghanistan. Et Die Welt conclue : « cette quasi-coalition n’entreprend plus rien de grand ».

Même ton narquois dans la Süddeutsche Zeitung qui publie une caricature plutôt incisive. On y voit la chancelière et Kurt Beck, le président du parti social-démocrate, tous deux sur un tandem mais prêts à pédaler dans des directions opposées pour leur dernière étape d’ici à 2009 et aux prochaines élections législatives. Le chef du SPD croule par ailleurs sous de gros paquets tels que la « protection du climat », les « interventions militaires à l’étranger » ou encore la « réforme de la protection sociale » et le chef de la conservatrice CSU de Bavière lui apporte tout sourire un paquet supplémentaire : le Transrapid munichois.

Pour la deuxième moitié de la semaine, la météo prévoit une pluie abondante, de nombreux orages et quelques éclaircies en Allemagne, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui estime que ça n’est pas vraiment le temps souhaité par Angela Merkel pour annoncer les bonnes nouvelles à l’issue de sa première rencontre de la semaine avec ses partenaires de coalition. Mais quoiqu’il en soit de la couleur du ciel, la FAZ écrit qu’il revient à la chancelière de présenter sous un jour favorable les résultats de ses entretiens politiques, afin de montrer que la coalition est prête à entamer la seconde moitié de son mandat en restant soudée.

Pour finir, un coup d’œil à la tageszeitung qui se démarque en ouvrant sur un problème guatémaltèque. La taz s’insurge du sort de 5000 enfants, arrachés chaque année à leur mère au Guatemala, puis vendus aux Etats-Unis à des familles qui les adoptent. Certains criminels vont même jusqu’à violer des femmes pour qu’elles tombent enceintes et leur prennent ensuite leur bébé. Les « clients » de ces réseaux mafieux, c’est-à-dire les parents en mal d’enfants sont satisfaits. Le risque qu’encourent les criminels est nul. Leur profit peut atteindre jusqu’à 200 millions de dollars.

  • Date 22.08.2007
  • Auteur Sandrine Blanchard
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2fX
  • Date 22.08.2007
  • Auteur Sandrine Blanchard
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2fX
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !