Fin de la guerre en Irak ? | International | DW | 19.08.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Fin de la guerre en Irak ?

La dernière brigade américaine de combat a quitté le pays ce matin. Mais il reste encore 50 000 soldats en Irak et leur départ d'ici la fin de l'année reste hypothétique.

La 4e brigade Stryker traverse la frontière entre l'Irak et le Koweït

La 4e brigade Stryker traverse la frontière entre l'Irak et le Koweït

Le président Barack Obama est en train de réaliser une de ses principales promesses de campagne : quitter l'Irak, une guerre contre laquelle il s'est toujours opposé, à la différence de la secrétaire d'état Hillary Clinton. Le calendrier établi prévoit le départ de toutes les unités de combat d'ici le 31 août. C'est pourquoi ce matin, à 3 heures GMT, la 4e brigade Stryker de la deuxième division d'infanterie a franchi la frontière entre l'Irak et le Koweït. Les 1200 soldats américains devraient assez vite rejoindre les Etats-Unis. « J'ai toujours dit clairement que la mission de combat des Etats-Unis en Irak se terminerait le 31 août 2010 », a rappelé le président américain. « Et c'est exactement ce que nous sommes en train de faire : comme je l'ai promis et dans les temps. D'ici la fin du moins nous aurons ramené à la maison plus de 90 000 de nos soldats depuis que je suis entré en fonction."

Le sergent Jackie Vanover brandit un message pour sa famille après voir franchi la frontière du Koweït

Le sergent Jackie Vanover brandit un message pour sa famille après voir franchi la frontière du Koweït

Mois de juillet meurtrier

Il y avait 140 000 soldats en Irak et il devrait en rester tout 50 000 à partir du 1er septembre. Mais ceux-ci n'auront plus une mission de combat. Ils devront veiller au maintien de la sécurité dans le pays jusqu'à la fin de l'année prochaine. Officiellement, selon le calendrier de retrait établi l'année dernière, le dernier soldat américain devra avoir quitté l'Irak au 1er janvier 2012, y compris donc ce dernier contingent chargé d'entrainer les forces armées irakiennes.

Un homme blessé lors de l'attentat mardi dernier á Bagdad

Un homme blessé lors de l'attentat mardi dernier á Bagdad

Mais nombreux sont ceux qui remettent en cause le retrait total d'ici 2012, comme le chef d'état-major irakien, Babaker Zebari, ou encore le secrétaire américain à la défense Robert Gates. Car le mois de juillet a été le plus meurtrier depuis 2008 et il y a deux jours, un attentat contre un centre de recrutement de l'armée irakienne a fait 59 morts à Bagdad. Enfin, à cette question de savoir si l'armée irakienne est en mesure de contrôler le pays s'ajoute encore l'instabilité politique : cinq mois après les élections législatives du 7 mars, les principaux partis irakiens sont toujours incapables de former un gouvernement.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Elisabeth Cadot

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !