1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Fin de campagne au Mali

Au Mali, la campagne électorale prend fin ce vendredi, en vue de la présidentielle du 28 juillet. Les 27 candidats en lice ont sillonné le pays pour tenter de convaincre de leurs projets de société.

La campagne s'est déroulée sans incident, même si rares sont les candidats qui ont pu se rendre dans le nord du pays. La distibution des cartes d'électeurs s'achève aussi vendredi 26 juillet. C'est le dernier jour où l'on peut se procurer la fameuse carte NINA (avec numéro d'identification national). Au ministère de l'Administration du territoire, on assure que plus 85% des électeurs maliens sont déjà en possession de leur carte d'électeur.

Mali im Wahlkampf Juli 2013 Anhänger von Modibo Sidibe

Les supporters des candidats dépensent eux aussi de l'énergie pour la campagne

Un vendredi chômé

Ce vendredi 26 juillet, dernier jour de l'opération de distribution, a été décrété journée citoyenne, journée chômée, donc, et payée, sur toute l'étendue du territoire national, pour permettre aux retardataires d'aller retirer ce sésame qui, seul, leur donnera accès au bureau de vote. Quelques heures après la fermeture des centres de distribution, à minuit précisément , s'achèvera également la campagne électorale.

Seulement trois candidats à Kidal

Pendant trois semaines, les prétendants au fauteuil présidentiel ont sillonné le pays pour convaincre les électeurs de leurs bonnes intentions. Une campagne sans incidents majeurs et les principaux thèmes étaient l'intégrité territoriale, la sécurité, la réconciliation et développement.

Mali im Wahlkampf Juli 2013 Werbung für Soumaïla Cisse

Les candidats tentent d'être visibles dans l'ensemble du pays

À cela, il faut bien évidemment ajouter le règlement définitif de la question du nord du Mali, où très peu de candidats auront finalement réussi à battre campagne. Seulement trois d'entre eux se sont rendu notamment dans la région de Kidal, fief des Touareg du MNLA à cause très souvent des tensions qui y règnent, mais aussi d'une sécurité difficile à assurer.

À Kidal, la tenue de la présidentielle a suscité des inquiétudes jusqu'à la dernière minute. En témoigne l'enlèvement puis la libération la semaine dernière par le mouvement rebelle touareg d'agents de distribution des cartes d'électeurs.

Quant au vote des Maliens réfugiés à l'étranger, le déroulement du scrutin semble périlleux à certains endroits.

Écoutez en cliquant ici le reportage de Yaya Boudani, notre correspondant au Burkina Faso, dans le camp de réfugiés de Goudebo, dans le nord du Burkina.

Les autorités veulent y croire

Malgré ces difficultés, l'administration se veut optimiste, le scrutin aura bel et bien lieu dans cette région encore insoumise où l'organisation du vote ressemble à un parcours du combattant. Ici comme pour le reste du pays, les autorités ont dû mener une véritable course contre la montre, en vue de tenir les délais. Aujourd'hui, elles assurent que les conditions sont réunies pour une bonne tenue du scrutin.

À Bamako, on est convaincu que les choses ne seront pas parfaites ce dimanche, mais plus que la perfection, le souci le plus partagé ici est de trouver les moyens d'éviter au pays de sombrer dans une crise post-électorale.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !