1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Forum des cultures

Filmer pour témoigner

Le jeune Congolais Dieudo Hamadi nous plonge dans la fièvre électorale de 2011 à Kinshasa. Un documentaire tourné à vif, au plus près des Congolais.

Une scène extraite du documentaire Atalaku

Une scène extraite du documentaire Atalaku

A 29 ans, Dieudo Hamadi en veut. « Atalaku », son premier long-métrage, il l’a tourné seul à Kinshasa, caméra à l’épaule et sans producteur. Son sujet : la campagne électorale des élections présidentielles de 2011 en RDC. Le réalisateur congolais nous plonge au cœur des quartiers populaires de la capitale - avant, pendant et aussi après les élections – lorsque la rue conteste la victoire de Kabila, le président sortant. Un documentaire qui a reçu le prix Joris Ivens cette année au célèbre festival du documentaire « Cinéma du Réel » à Paris.Dieudo Hamadi est venu présenter « Atalaku »à Berlin dans le cadre d’Afrikamera, le festival du film africain berlinois.

Un témoignage brut

« Atalaku », qui signifie « crieur », est un témoignage brut, sans voix off. Au centre du documentaire : Gaylor, un pasteur dans le civil qui fait campagne aux candidats offrant le plus d’argent. Dieudo Hamadi suit également un groupe de jeunes musiciens squattant un cimetière à qui Gaylor fait appel pour composer des chansons de campagne Et puis, il filme aussi ces femmes d’une ONG de Kinshasa expliquant infatigablement aux Kinhois comment voter. Un des grands moments de ce documentaire : lorsque Dieudo Hamadi est pris à partie dans un bureau de vote où un homme est accusé de fraude.

Ecoutez le Forum des cultures de Guylaine Tappaz :

Écouter l'audio 12:42

Le Forum des cultures sur « Atalaku »

Audios et vidéos sur le sujet