1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Feu vert pour une force africaine au Mali

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté à l'unanimité un projet de résolution qui ouvre la voie au déploiement d'une force militaire dans le nord du Mali, en vue d'en chasser les groupes islamistes armés.

default

Quartier général des Nations unies à New York

Le mandat, prévu pour une période initiale d'un an, autorise une force d'intervention africaine à prendre "toutes les mesures nécessaires", en conformité avec les lois internationales, afin de reprendre le contrôle du Nord malien.

Gerard Araud

Gerard Araud, l'ambassadeur de France à l'ONU

Le projet de résolution était présenté par la France. « En votant à l'unanimité la résolution 2085, le Conseil de sécurité a répondu aux demandes qui avaient été présentées de manière claire et forte par le Mali, par la CEDEAO et par l'Union Africaine », a déclaré l'ambassadeur de France auprès des Nations unies, Gérard Araud, à l'issue du vote.

Une résolution saluée par le Mali

Tieman Coulibaly, le ministre malien des Affaires étrangères a été l'un des premiers à saluer cette résolution qu'il a qualifié d'« historique ».

« Le Mali se félicite de l'adoption de cette résolution qui traduit l'engagement de la communauté internationale à ses côtés dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée qui menacent dangereusement la stabilité de la région ainsi que la paix et la sécurité internationale. »

Westerwelle Mali Ankunft Reise Flugzeug Tiéman Hubert Coulibaly

Tiéman Hubert Coulibaly à g. avec son homologue allemand à Bamako(01.11.12)

Le ministre malien a souligné que cette force internationale sous conduite africaine pourra assister les forces armées et de sécurité malienne à restaurer la souveraineté de l'Etat et l'intégrité territoriale, notamment dans les régions de Gao, Tombouctou, et Kidal, contrôlées par des extrémistes d'AQMI.

Espoir de dialogue

Le texte autorise une force d'intervention africaine à prendre « toutes les mesures nécessaires », en conformité avec les lois internationales, afin de prendre le contrôle du Nord malien. « Notre texte n'est pas une déclaration de guerre. Notre texte n'est pas le choix de l'option militaire », a précisé l'ambassadeur français. « C'est au contraire l'expression de notre espoir qu'un dialogue politique entre les autorités de Bamako et les groupes armés du Nord du pays qui se dissocient du terrorisme, mènent à un accord politique qui permette la tenue d'élections dans l'ensemble du pays et le retour pacifique de l'armée malienne dans ses garnisons. »

La mise en place de cette force prendra du temps

New York UN Sicherheitsrat Ban Ki-Moon

Le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon

La résolution autorise aussi l'Union européenne et d'autres pays membres de l'Onu à participer au renforcement des forces de sécurité maliennes. Karl Flittner l'ancien ambassadeur d'Allemagne au Mali estime que « le travail essentiel, de combat, sera à faire par l'armée malienne elle-même et il est prévu que des conseillers étrangers - africains mais aussi européens - formeront les soldats maliens ou les perfectionneront dans le combat et amélioreront aussi l'équipement de l'armée malienne. Tout cela va prendre du temps…»

En effet la force africaine, qui prendra le nom de MISMA, ne sera sans doute pas opérationnelle dans le nord du Mali avant septembre 2013. Elle devrait compter jusqu'à 3.300 hommes venant principalement du Nigeria, du Niger et du Burkina Faso. Quant aux modalités de financement de cette force, le texte adopté par le Conseil de Sécurité ne les précise pas. Mais le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon s'est prononcé pour des contributions volontaires d'Etats membres plutôt que pour un financement onusien, ce que regrette l'Union africaine.

Ci-dessous, l'analyse de Gilles Yabi de l'ICG

Écouter l'audio 02:12

Gilles Yabi pense qu'une autre résolution sera votée par l'Onu

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !