Feu vert du Parlement grec au plan d′austérité du gouvernement | Europe | DW | 29.06.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Feu vert du Parlement grec au plan d'austérité du gouvernement

Une étape importante pour le versement à la Grèce d'une nouvelle tranche de l'aide financière internationale. La majorité a réuni 154 voix en faveur du plan, sur un total de 300 élus.

default

Le Premier Ministre George Papandreou (à droite) s'entretient avec le ministre des Finances Evangelos Venizelos

Demain jeudi, le gouvernement socialiste de George Papandréou devra encore obtenir l'approbation des modalités d'application de la loi pour valider définitivement le plan.

Un plan par ailleurs fortement désapprouvé par une majorité de la population et de l’opposition. Hier, les principaux syndicats du pays ont lancé une grève de 48 heures.

Un vote décisif pour l’avenir de la Grèce. Aussi dès le début du débat au Parlement, le Premier ministre Georges Papandreou a lancé un appel vibrant aux députés de tous les partis pour qu’ils abandonnent leurs réserves et soutiennent ce nouveau programme d’austérité qui prévoit de sévères économies d’un montant de 78 milliards d’euros d’ici 2015:

„Ecoutez ce que votre âme et conscience patriotique vous dit! Votre OUI est la dernière chance, qu’a le pays pour se redresser ."

Dans un communiqué commun, le président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso et le président du Conseil européen Herman Van Rompuy ont chaudement salué le vote des parlementaires grecs, le qualifiant de "vote de responsabilité nationale"...

Griechenland Athen Parlament Protest Abstimmung Sparpaket Polizei Krise Finanzkrise

Policeirs déployés devant le Parlement grec sur la place Syntagma

Si le second vote prévu demain jeudi sur les modalités d'application du programme d'austérité est lui aussi positif,- comme on s’y attend-, cela permettra le versement prévu d'une nouvelle tranche d'aide internationale de 12 milliards d'euros. En outre, cela ouvrira aussi la voie à la mise en place d’un second plan de renflouement de la Grèce par l’Union européenne et le Fonds Monétaire International.

Cependant, plusieurs milliers de personnes ont manifesté avant, pendant et après le vote dans les rues d’Athènes contre le nouveau plan d’austérité.

Devant le parlement la police a tiré quantité de grenades lacrymogènes pour tenter de disperser les manifestants. L’économie est agonisante, le chômage monte rapidement et certains économistes craignent même que les mesures d’austérité ne renforcent encore ces tendances. Et les classes moyennes s’inquiètent, surtout les jeunes qui n’ont presqu’aucune perspective de trouver un emploi stable et honnêtement rémunéré. Un manifestant :

Cela fait déjà un an et demi que nous vivons avec des mesures d’austérité. La situation devait soi- disant s’améliorer. Mais c’est le contraire que nous vivons au quotidien: les dettes s’amoncèlent et la crise devient de plus en plus grave..."

A ce jour la dette publique de la Grèce se chiffre à pas moins de 340 milliards d'euros, l'équivalent de 150% de sa richesse nationale.

Aussi l'Union européenne et le Fonds monétaire International, décidés à renforcer la cohésion de la zone euro, poursuivent actuellement leurs discussions sur le second plan d'aide à la Grèce d’un montant d’au moins 100 milliards d'euros, en plus des 110 milliards engagés au printemps 2010.

Auteur :Philippe Pognan
Edition : Fréjus Quenum