1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Faut-il interdire le NPD ?

Les multiples interrogations qui planent suite au démantèlement ce week-end d'un groupuscule néonazi en Allemagne font la Une des journaux allemands. C'est aussi le débat autour de l'interdiction du NPD qui est relancé.

default

Lors d'un meeting électoral à Hambourg

Comment est-il possible que trois personnes aient pu vivre 13 ans dans l'illégalité et aient réussi pendant cette période à commettre dix meurtres, à blesser grièvement plusieurs autres personnes et à braquer 14 banques ? s'interroge die tageszeitung qui pose en tout dix questions, en Une, aux services de sécurité allemands autour de cette affaire. Comment le groupuscule a-t-il réussi à obtenir des papiers ? A-t-il commis d'autres délits que ceux qui sont déjà connus ?

L'incrédulité est d'ailleurs le sentiment qui ressort en premier à la lecture des journaux du jour qui se montrent également prudents concernant la marche à suivre vis-à-vis du NPD, le parti d'extrême droite. Ce dernier dispose de plusieurs sièges dans des parlements régionaux et constitue le coeur de la mouvance d'extrême droite. Son interdiction fait régulièrement débat en Allemagne.

Protest gegen Parteitag der NPD in Neuruppin

"Vous puez", "Stop à la folie nazie": manifestation contre le NPD dans le nord-est de l'Allemagne

La Süddeutsche Zeitung par exemple comprend que la découverte du groupe "Clandestinité national-socialiste" créée le besoin d'une réaction sévère de la part de l'Etat - non seulement contre les coupables et leurs soutiens mais aussi contre ceux qui font la publicité de l'idéologie raciste et xénophobe dont l'organisation nénonazie s'est, de toute évidence, inspirée. Interdire le NPD reviendrait assurément à porter un coup très dur aux milieux d'extrême droite. Mais ses militants resteraient aussi dangereux qu'ils le sont actuellement, affirme le journal. Pour la Süddeutsche, l'Etat n'a pas le choix : supporter que le NPD conserve ce statut privilégié de parti politique est le prix à payer pour pouvoir continuer à surveiller, de l'intérieur, les extrêmistes de droite.

Même avis de la Frankfurter Allgemeine Zeitung qui estime qu'il faut pour le moment donner la priorité aux enquêtes et s'assurer que l'on peut réellement établir un lien solide entre le groupuscule néonazi et le NPD.

Auteur : Konstanze von Kotze
Edition : Cécile Leclerc

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !