1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Face au terrorisme, l'Allemagne hésitante

L'Allemagne s'est engagée hier, mardi 17 novembre, à soutenir la France dans sa guerre contre l'organisation terroriste État Islamique. Mais jusqu'où? La presse allemande appelle le gouvernement à la prudence.

Absage Fußball Länderspiel Deutschland Niederlande

Les autorités allemandes ont annulé à la dernière minute une rencontre de football Allemagne - Pays-Bas, suite à des menaces d'attentat, mardi 17 novembre

Tous les grands quotidiens allemands s’inquiètent du ton guerrier adopté par François Hollande, quelques jours après les attentats de Paris: "trop de questions restent ouvertes", avertit la Süddeutsche Zeitung. Les États membres ont "le droit de poser quelques questions: Qui va décider des termes de cette guerre? Quelle est la stratégie (qui est) poursuivie par la France, est-ce qu’il est vraiment question maintenant de s’allier au dictateur syrien Bachar Al-Assad, un meurtrier qui a utilisé des gaz toxiques contre sa propre population, comme Paris l’envisage ?", interroge le journal munichois, avant de conclure : "Les querelles vont être acharnées au sein de l’Union."

Frankreich Paris Anschlag Gedenken Kondolenzbuch Merkel

La chancellière Angela Merkel (centre) et son gouvernement ont laissé quelques lignes sur le livre de condoléances de l'Ambassade de France à Berlin

Même raisonnement dans les colonnes de la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Rien ne porte à croire "que l’Europe pourra s’unir dans la réponse à donner au terrorisme", alors qu’elle s’est montrée "profondément divisée face à la crise migratoire". Mais "ni l’Union, ni l’Allemagne ne peuvent en rester à un geste symbolique, ce qui ne veut pas dire que l'Allemagne doit accepter toutes les décisions venues" de Paris, rappelle le quotidien de Francfort.

Vers un rapprochement avec la Russie?

Si la France a fait appel à l’Union plutôt qu’à l’OTAN, c’est entres autres "pour pouvoir impliquer la Russie dans ses actions, sans que les disputes actuelles entre Moscou et l’OTAN n’interfèrent", explique die tageszeitung depuis Berlin. Ce rapprochement ne séduit pas la presse allemande.

Russland Syrien Assad bei Putin

C'est la Russie qu'a choisi le président syrien Bachar Al-Assad pour son premier déplacement depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011

Pour le Spiegel, de Hambourg, miser sur un maintien au pouvoir de Assad pour résoudre la guerre civile syrienne est une "erreur fondamentale". "Il n’y aurait pas de Daesh, sans le règne de la peur de Assad. Il n’y aurait pas de Daesh, si Assad n’avait pas réprimé de la manière la plus vile et la plus barbare les manifestations pacifiques de 2011", affirme l’éditorialiste.
Avant de conclure : "Notre colère, notre tristesse ne doivent pas brouiller notre analyse. Rappelons-nous de la décision de Georges Bush Jr. d’envahir l’Irak, en 2003. Sommes-nous donc damnés à réagir au terrorisme par des réflexes défensifs basés sur des erreurs géopolitiques ?".

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !