Excuses pour le massacre de Srebrenica | International | DW | 31.03.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Excuses pour le massacre de Srebrenica

Le parlement serbe a adopté une résolution qui présente des excuses publiques pour le massacre de 8 000 musulmans bosniaques à Srebrenica en 1995.

default

Une Bosniaque rend hommage aux victimes du massacre de Srebrenica

127 voix sur les 173. C'est le résultat du vote des parlementaires serbes sur une résolution qui condamne les massacres de près de 8 000 Bosniaques musulmans à Srebrenica en juillet 1995.

Gedenkstätte für ermordete Männer von Srebrenica

Mémorial des victimes à Potocari

Outre cette condamnation, le Parlement a exprimé ses condoléances et ses excuses aux familles des victimes car tout n'a pas été fait, selon lui, pour éviter la tragédie. Mirkov Cvetkovic, Premier Ministre serbe:

« Nous voulons tourner la page des années 90 et montré que l'on a de la compassion avec ceux qui éprouvent de la douleur. C'est pourquoi j'avais déjà initié beaucoup plus tôt un vote d'une résolution concernant Srebrenica, car c'est une action louable, un geste démocratique. C'est une action de la société serbe qui montre qu'elle ne porte pas seulement le deuil de quelques victimes mais aussi le deuil de victimes étrangères. »

Ratko Mladic

Ratko Mladic est toujours en fuite

Pourtant si ce drame est le seul épisode de la guerre de Bosnie à avoir été qualifié de génocide par le Tribunal pénal international de l'ONU sur l'ex-Yougoslavie, le TPIY, et la Cour internationale de justice, le Parlement serbe n'a aucunement employé ce mot. D'ailleurs, pendant des années, la Serbie avait minimisé l'ampleur de cette tragédie et de nombreux Serbes considèrent toujours Ratko Mladic, le général à l'origine des 8 000 morts, comme un héros qui a lutté pour la cause serbe. Costa Tschavoschky, professeur de droit à Belgrade et conseiller de Radovan Karadzic, le président serbe à l'époque du drame :

« Non, il n'y a pas eu de génocide. On peut juste parler de crime de guerre. Plus de 400 prisonniers musulmans ont été exécutés, les autres ont été abattus en essayant de rejoindre Tusla sur 60 km de route. Ils étaient armés et donc c'était légitime de les abattre. »

Serbien formaler Antrag EU-Beitritt

Le président Boris Tadic et son Premier ministre après la signature de l'accord de libre-échange

Aujourd'hui, la Serbie appelle de ses vœux la poursuite de la coopération avec le TPIY et souligne l'importance de trouver Ratko Mladic pour qu'il soit jugé devant ce tribunal.

Le 22 décembre dernier, la Serbie a présenté sa candidature à l'Union Européenne, les responsables serbes ont alors exprimé l'espoir d'intégrer l'UE d'ici la fin 2010. Un accord de libre-échange entre l'Union et la Serbie a alors été mis en place.

Auteur: Anais Meyer
Edition: Audrey Parmentier

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !