1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Etudier à Duisbourg : un nom, deux sites, l’Universität Duisburg-Essen

L’université de Duisbourg est un pur produit de la réforme de l’éducation des années 1970. L’ancienne Gesamthochschule est devenue l’une des dix plus grandes universités d’Allemagne.

Les bâtiments universitaires, surnommés boîtes à biscuits (Keksdosen) en raison de leur forme évocatrice

Les bâtiments universitaires, surnommés "boîtes à biscuits" (Keksdosen) en raison de leur forme évocatrice

La fondation de l’université de Duisbourg en 1972, sous le nom de « Gesamthochschule Duisburg », a été également un signal sociopolitique : l’idée du gouvernement régional de l’époque était que les enfants issus de familles modestes locales puissent faire des études supérieures. Jusqu’à ce jour, l’université est restée fidèle à ce principe : deux tiers des étudiants au semestre d’hiver 2008/2009 étaient originaires de la région.

A part ça, il y a eu de nombreux changements depuis les années 1970. La Gesamthochschule, qui n’occupait pas une place très honorable dans le classement des grandes écoles allemandes, est devenue un établissement moderne avec 30 000 étudiants répartis sur deux sites : en 2003, les universités de Duisbourg et de la ville voisine d’Essen ont fusionné.

Malgré la fusion, les cours se concentrent le plus souvent sur l'un des deux campus.

Malgré la fusion, les cours se concentrent le plus souvent sur l'un des deux campus

Cette fusion n’a pas de réelles répercussions sur le quotidien des étudiants, selon Beate Kostka, porte-parole de l’université. Ils étudient soit à Duisbourg, soit à Essen, car les deux sites proposent des filières différentes. Les ingénieurs en herbe bûchent à Duisbourg, tandis que les futurs enseignants apprennent les ficelles du métier à Essen. Seule exception à la règle : les étudiants en management culturel suivent des cours sur les deux campus, à Duisbourg pour la gestion et à Essen pour les sciences humaines.

Plus de 3 800 étudiants étrangers

Les filières bilingues dans le domaine « International Studies of Engineering » proposées à Duisbourg, sont particulièrement appréciées des étudiants étrangers. Un millier d’étudiants de 80 nations différentes suivent ici les mêmes enseignements, en allemand et en anglais. « C’est une bonne manière d’améliorer mon allemand et de pratiquer mon anglais », estime Hamida Lansana, 29 ans, qui est venue de la Sierra Leone pour étudier l’électrotechnique à Duisbourg. Son camarade malais, John Ng, 23 ans, parle avec enthousiasme de ses profs qui enseignent avec « engagement et passion ».

Plongée dans les méandres de la langue allemande pour cette étudiante coréenne

Plongée dans les méandres de la langue allemande pour cette étudiante coréenne

Pour faciliter le démarrage de leurs études, les étudiants étrangers comme Hamida Lansana et John Ng peuvent s’adresser tous les jours au « Scies – Support Center for International Engineering Students », situé dans la Bismarckstraße. Ici, ils peuvent obtenir des renseignements sur le planning des cours et une aide pour la recherche d’un logement, les démarches administratives du type assurance-maladie ou encore permis de séjour.

Quant à ceux qui restent à Duisbourg jusqu’à l’obtention d’un diplôme, ils peuvent parfois coopérer avec l’une des entreprises d’acier ou de logistique implantées sur place, explique encore Beate Kostka. L’aciérie de Duisbourg est en effet étroitement liée à l’université, surtout avec les facultés d’ingénierie et d’économie. Parallèlement à ces deux filières, l’Universität Duisburg-Essen mise particulièrement sur quatre domaines : la nanotechnologie, la médecine génétique, l’avenir des systèmes urbains et la recherche empirique dans le domaine de l’éducation.

« Alliance universitaire Metropole Ruhr »

Un étudiant de l'université de Bochum faiant ses recherches à la bibliothèque de Duisburg-Essen

Un étudiant de l'université de Bochum faiant ses recherches à la bibliothèque de Duisbourg-Essen

L’Universität Duisburg-Essen ne coopère pas seulement avec l’industrie, mais également avec les autres universités de la région. En 2007, elle a formé une alliance avec les deux autres grandes universités de la Ruhr, Dortmund et Bochum : la « Universitätsallianz Metropole Ruhr » (UAMR) compte au total 89 000 étudiants et 1250 professeurs qui enseignent et font de la recherche ensemble. Aujourd’hui déjà, les étudiants de Duisbourg peuvent obtenir des équivalences, les « Credit points », à Essen, Bochum et Dortmund pour leurs études, sans avoir besoin de se déplacer puisqu’ils peuvent faire du e-learning sur leur ordinateur depuis Duisbourg.

Auteur : Svenja Üing

Edition : Naïma Guira

La rédaction vous recommande

Liens