1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Etudier à Chemnitz : l’université turbo

Intensité, interdisciplinarité, rapidité. Un cursus à l’Université technique de Chemnitz ne laisse rien au hasard et va bien plus loin que la simple visite des amphis.

L'université de Chemnitz doit ses couleurs vives à l'architecte hambourgeois Meinhard von Gerkan.

L'université de Chemnitz doit ses couleurs vives à l'architecte hambourgeois Meinhard von Gerkan

Certains pourraient se demander : pourquoi choisir Chemnitz ? La ville ne s’est pas encore débarrassée de sa réputation de tristesse et de grisaille. Mais si l’on pose la question à ceux qui étudient ici, on comprend assez vite : Chemnitz, ce sont des cursus universitaires inhabituels, une région dont le niveau de prix est encore accessible et une formation orientée vers la pratique. En bref, trois bonnes raisons pour venir y faire ses études.

Dans sa philosophie, la Technische Universität Chemnitz (TU, Université Technique de Chemnitz) suit plutôt une orientation alliant les sciences naturelles et la technique. Mais on peut tout aussi bien y étudier les sciences économiques et sociales. Et la philosophie y a aussi une bonne réputation. Avec un nombre total de 10 000 étudiants inscrits au semestre d’hiver 2008/2009, cette université ne fait pas partie des méga universités, mais son campus n’a vraiment rien de provincial. Ses sept facultés sont réparties dans toute la ville sur quatre sites. Le campus principal se trouve dans la « Reichenhainer Straße » (Rue Reichenhainer) ; on y trouve aussi le nouveau restaurant universitaire, les œuvres étudiantes et les foyers. La partie historique et la plus ancienne de l’université est située dans le centre-ville, face à la gare. C’est là aussi que se trouve une partie de la direction de l’université, ainsi que la bibliothèque principale.

Un bon mélange

La TU CHemnitz fait la part belle à la recherche et accueille chaque année de nombreux étudiants étrangers.

La TU CHemnitz fait la part belle à la recherche et accueille chaque année de nombreux étudiants étrangers

Les racines de l’Université Technique remontent à l’année 1836, date de la fondation de la « Königliche Gewerbeschule Chemnitz » (Ecole Royale Commerciale de Chemnitz). Aujourd’hui, les matières proposées sont les disciplines de demain, qui sont enseignées sous forme interdisciplinaire. Comme par exemple les « Europa-Studien » (Etudes européennes) que l’on peut suivre avec une spécialisation économique, culturelle ou en sciences sociales. Ou bien avec une combinaison telle que Microtechnique/Mécatronique. Unique en son genre : la filière internationale de Master et de Doctorat en Mathématique qui conduit à un master reconnu sur le plan international ou à un doctorat en six semestres supplémentaires. Depuis 2007, l’université a adapté tous ses cursus au système international de Bachelor et de Master. Les étudiants aussi sont internationaux : chaque année, environ 750 étudiants étrangers viennent à Chemnitz. En outre, l’université entretient des liens avec plus de 100 universités sur tous les continents.

Faire ses études à Chemnitz ? Le jeu en vaut la chandelle. Egalement pour une autre raison : on arrive plus vite au bout. La durée des études dans la plupart des filières est inférieure à la moyenne nationale. C’est surtout en psychologie, en physique, en informatique et en construction mécanique que les étudiants sont pressés.

Des idées pour le marché mondial

Chemnitz est aussi synonyme de recherche. Qu’il s’agisse de micro-capteurs pour l’automobile, des marteaux pneumatiques à faibles vibrations ou de circuits imprimés polymères électroniques : seul un petit pas sépare souvent l’idée du marché. L’enseignement et la recherche sont ici étroitement intégrés au monde économique. Les étudiants découvrent très tôt les laboratoires et les ateliers. Preuve de la qualité exceptionnelle de ce site universitaire : les deux Instituts Fraunhofer qui se sont installés à Chemnitz.

Auteur : Sven Näbrich
Edition : Naïma Guira

La rédaction vous recommande

Liens