1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Et si Areva partageait le gâteau ?

La société civile nigérienne réclame une renégociation des contrats passés entre l'Etat et Areva pour l'exploitation de l'uranium. Les Nigériens veulent obtenir leur part des richesses du pays. Ils se mobilisent.

Cela fait plusieurs mois maintenant que l'Etat nigérien et Areva, géant du nucléaire détenu à 80% par l'Etat français, sont en négociations. Il s'agit de renouveler les contrats de deux mines d'uranium dans le nord du Niger : la Cominak et la Somaïr, deux contrats arrivés à échéance au 31 décembre 2013. Areva investit désormais sur le site d'Imounaren, la plus grande réserve connue d'Afrique, appelée à produire 5000 tonnes d'uranium par an.

La taxation comme pomme de discorde

Au cœur du différend : le code minier dont s'est doté le Niger en 2006. Le texte prévoit un doublement des taxes sur les minerais et la suppression de certaines exonérations fiscales.

Niger Niamey Proteste AREVA Uran

Régulièrement, depuis fin 2013, des manifestations sont organisées

D'un côté, donc, on a un Etat nigérien qui, bien que quatrième producteur mondial d'uranium, a un indice de développement humain parmi les plus bas au monde, et qui a besoin d'entrées d'argent et donc de recettes fiscales pour sa politique de développement. De l'autre, Areva, qui refuse pour le moment de lâcher du lest. L'entreprise avance qu'elle crée de nombreux emplois au Niger et investit déjà 6 millions d'euros par an dans la rénovation d'écoles et autres investissements « sociaux ».

Déclarations de Pascal Canfin peu goûtées

La France est actionnaire à 80% d'Areva. Alors les déclarations du ministre français du Développement, Pascal Canfin, qui a reconnu mercredi la « légitimité » des revendications du Niger et estimé qu'Areva devait faire des efforts, ont fini d'agacer certains Nigériens. Ils reprochent à la France, ancien colonisateur du Niger, de tenir un double langage.

Niger Uranabbau Uran

Exploitation d'uranium à Arlit

Le correspondant du programme haussa de la DW, s'est rendu à la manifestation d'hier à Niamey, pour prendre le pouls des manifestants. Certains vont jusqu'à évoquer une « colonisation », des revendications d'« indépendance ». Pour les entendre, cliquez ici.

Parmi les voix critiques citons celle d'Oxfam. L'ONG dénonce l'opacité des négociations entre l'Etat nigérien et Areva. Les deux parties se sont fixé jusqu'à la fin du mois pour trouver un accord. En plus de ses ressources naturelles, le Niger a une autre carte en main : il est un allié stratégique de Paris dans la lutte contre les groupes islamistes radicaux dans le Sahel.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !