1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Espoir pour les employés domestiques

Les Philippines ont récemment ratifié la convention de l'Organisation internationale du Travail sur les employés domestiques. Une bonne nouvelle pour des dizaines de millions de travailleurs exploités dans le monde.

Selon les estimations de l'Organisation Internationale du Travail, le nombre de travailleurs domestiques dans le monde serait de 53 millions environ. Mais comme il s'agit d'un travail souvent dissimulé, les experts pensent qu'ils pourraient atteindre les 100 millions, pour la plupart des femmes ou des jeunes filles, dont près de 10 % de Philippins. C'est le cas de Mathilde Equitula, échouée aux Emirats Arabes Unis : « Mes employeurs me traitaient comme si j'était un animal.  Ils m'insultaient et me faisaient travailler tout le temps ».

Une signature très attendue

Au regard des multiples abus dont sont victimes les travailleurs domestiques à travers le monde, la ratification de cette convention par les Philippines, après l'Uruguay était très attendue. Elle lui permet d'entrer en vigueur d'ici un an.

Des organisations ont fait campagne pour obtenir la signature de la convention. Ici, une manifestation devant le Parlement européen, en 2011.

Des organisations ont fait campagne pour obtenir la signature de la convention. Ici, une manifestation devant le Parlement européen, en 2011.

Hans Leo Cacdac est en charge des travailleurs expatriés pour le gouvernement des Philippines : « Cette convention étend aux travailleurs domestiques les droits de l'homme de base, comme la liberté d'association, l'interdiction du travail forcé, de la discrimination. Elle inclut également des règles au regard des salaires, de l'âge minimum ainsi que de la sécurité du travail. Elle s'étend aux horaires de travail et de repos. »

Des conditions de travail indignes

Jusqu'à présent, la situation des travailleurs domestiques varie grandement d'un pays à l'autre. Mais dans la plupart des cas, ils ne sont pas protégés par le droit du travail et dépendent alors exclusivement de leur employeur. Dans certains pays, notamment au Moyen Orient, ils leurs arrivent d'être enfermés dans les maisons de leur maître et privés de tout contact avec l'extérieur.  Priscila Salino, de l'association Gabriela, à Dubai, témoigne :  « Les travailleurs domestiques ici sont sous payés. Leurs passeports sont confisqués. Et une fois qu'ils arrivent chez leur employeur c'est en général la dernière fois qu'ils voient le monde extérieur. »

Cette convention élaborée par l'Organisation Internationale du Travail vise à mettre fin à de nombreux abus. Elle étend notamment aux travailleurs domestiques un droit très simple mais dont très peu bénéficient, celui d'un jour de congé par semaine. 

Liens

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !