″Ensemble pour l′Afrique″, une initiative symbolique | Allemagne | DW | 24.05.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

"Ensemble pour l'Afrique", une initiative symbolique

De Berlin à Munich en passant par Cologne et Francfort, l'ONG Care international veut attirer l'attention des politiques allemands et des populations sur le danger de l'accaparement des terres en Afrique.

Il est environ onze heures, une quinzaine de jeunes filles s'affairent à dérouler une banderole frappée du slogan : "Stop au vol des terres". Parmi elles, une militante plus âgée parle plus fort dans un haut-parleur de fortune pour attirer l'attention des piétons. Au même moment Sabine Wilke, l'une des organisatrices, tente d'expliquer à quelques passants les motivations de l'ONG. "Nous menons cette action un peu partout en Allemagne. Nous occupons des places publiques à Berlin, à Würzburg, à Cologne mais aussi à Bonn. Et sur chaque place il y a une image singulière qui est mise en exergue, ici à Bonn ce sont des tiges et des pétales de rose qui sont exhibées".

Gegen Landraub in Afrika CARE

Ensemble contre l'accaparement des terres en Afrique

"Bonne chance" lui répond son premier interlocuteur alors que le deuxième assis au pied du mur de l'église qui surplombe la place centrale de la ville lui adresse quelques mots aimables. "C'est important. Nous devons tous entreprendre quelque chose sinon nous n'irons pas bien".

Juste à côté de Sabine Wilke, deux jeunes filles arborant des tee-shirts de l'ONG soulèvent une autre banderole sur laquelle on peut lire cette fois-ci : "Stop à l'accaparement des terres à Bonn". Est-ce une provocation ? La réponse d'une militante : "Ensemble nous nous engageons pour l'Afrique et voudrons montrer que l'accaparement des terres au travers des grands investisseurs sur ce continent est l'une des causes les plus graves de la pauvreté".

Hakin est originaire du Maroc. Il se réjouit de cette action. " Elle m'a expliqué des choses que je trouve intéressantes et je souhaiterais m'engager pour cette cause".

Bonn, 24. Mai 2012. Heute Vormittag um elf Uhr fand in Bonn eine ungewöhnliche Aktion statt: Das Bündnis „Gemeinsam für Afrika“ „raubte“ den Münsterplatz und erklärte ihn zu einer Fläche, auf der künftig in Gewächshäusern Rosen angebaut werden sollen. „Hier sollen bald Blumen wachsen?“ fragte eine Passantin ungläubig. Die Aktivisten von CARE und der Welthungerhilfe, zwei Bonner Hilfsorganisationen aus dem Bündnis „Gemeinsam für Afrika“ kamen so mit zahlreichen Bonner Bürgerinnen und Bürgern ins Gespräch. Mit dieser Aktion wollten CARE und seine Partner auf die alltägliche Praxis des Landraubs in Afrika aufmerksam machen. Davon sind vor allem Länder wie Äthiopien, Sudan, Mosambik Tansania, Madagaskar, Sambia und der Kongo betroffen. Sie zählen bereits zu den ärmsten Ländern der Welt und haben regelmäßig mit Nahrungskrisen zu kämpfen. Landraub schadet vor allem Menschen in ländlichen Gegenden. Sie sind auf die Landwirtschaft angewiesen, um sich zu ernähren und ein Einkommen zu verdienen. Ausländische Investoren und Regierungen pachten jedoch das fruchtbare Land oder kaufen es auf. CARE und „Gemeinsam für Afrika“ fordern eine verbesserte Transparenz der Verträge und Konditionen der Landübertragung, die Miteinbeziehung betroffener Gemeinden im Vorfeld, die Einhaltung demokratischer Entscheidungsprozesse und die Vereinbarung international verbindlicher Regeln. Dadurch sollen Menschenrechte geachtet sowie negative Auswirkungen für die Betroffenen und die Umwelt vermieden werden. Die Aktion „Wir grabben Eure Plätze“ fand auch neben Bonn auch in Berlin, Aachen, Köln, Würzburg und Frankfurt statt. Um 12 Uhr war der Spuk dann vorbei und die Rosenfarm auf dem Münsterplatz bleibt eine Phantasie. In vielen Teilen Afrikas aber steht Landraub leider weiter auf der Tagesordnung. Rechte: CARE

Stop au vol au diktat des grandes firmes intenationales

Pourtant la plupart des passants semblent encore se poser des questions sur le long ruban en plastique blanc qui a été installé pour ceinturer le centre-ville où flanent les touristes. Karin Kortmann est la secrétaire générale de Care Allemagne et Luxembourg. Elle distribue des dépliants informatifs aux curieux et nous explique le sens de cette action: "Ces dix dernières années ce sont 18 millions d'hectares qui ont été arrachés aux agriculteurs pauvres. Cela montre que les pays industriels ont trouvé une nouvelle forme de colonisation. Ce système, nous n'en voulons pas et ne pouvons non plus l'accepter ".

En voyant cette manifestation, une dizaine de collégiennes de passage se rappellent qu'elles ont abordé en classe le thème de l'accaparement légal ou illégal des terres dans les pays pauvres d'Afrique. Un thème important en effet, car enlever les bonnes terres aux paysans reste une des causes principales de la pauvreté. Il est donc urgent que les gouvernements de ces pays cessent d'être complices des grandes firmes qui pillent leur économie.

Auteur : Bob Barry
Edition : Elisabeth Cadot