1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Engagement allemand accru au Mali

Le gouvernement allemand vient de prolonger son engagement au Mali, où le contingent allemand doit être renforcé. Actuellement, les soldats de la Bundeswehr participent à deux missions distinctes au Mali.

Pour l'instant, ils sont une centaine de soldats allemands à participer à la formation européenne de l’armée malienne, dans le camp de Koulikoro, près de Bamako. C'est là-bas que nous avions rencontré il y a quelque temps le lieutenant-colonel Ickert, à la tête du contingent allemand de la mission de l’EUTM :

« Nous avons ici des officiers maliens qui accompagnent notre formation. Comme ça, ils sauront ce qu’ils sont en mesure d’exiger de leurs hommes, et puis, à termes, ils pourront eux-mêmes se charger de la formation. »

A Koulikoro, en novembre 2013

Des soldats maliens formés par l'EUTM, en route vers l'entraînement, à Koulikoro

Augmentation du contingent

Le gouvernement allemand a décidé de faire passer le nombre maximal de membres de la Bundeswehr qui pourront être envoyés au Mali de 180 à 250 soldats, avec, éventuellement, une participation de la brigade franco-allemande. Et leur mission est prolongée jusqu'à fin février 2015. Il y a aussi 70 soldats allemands qui sont stationnés au Sénégal. Ils aident eux la Minusma, c’est-à-dire la mission de l’ONU, et la mission française Serval, notamment pour le transport de troupes et de matériel et le ravitaillement aérien.

Un renforcement plutôt bien accueilli...

D'autant que l’engouement pour la France s’est un peu amenuisé. Mais l’engagement de l’Allemagne doit dépasser la simple participation aux missions militaires, de l’avis de Yacouba Berthé, de la fondation allemande Konrad-Adenauer à Bamako, interrogé par Dirke Köpp :

Mali Bundeswehr in Koulikoro

L'Allemagne compte renforcer aussi son aide au développement, en partenariat avec la France

« Les partis politiques ou les acteurs de la société civile méritent d’être renforcés parce qu’il y a un véritable manque de culture démocratique. Les institutions ne sont pas suffisamment fortes, les organisations de la société civile ne sont pas suffisamment puissantes pour défendre les intérêts de la population. »

Ne pas négliger l'aspect civil

L'Allemagne devrait également appuyer des réformes politiques et sociales au Mali. Julia Leininger, en charge de l’Afrique au sein de l’Institut allemand pour le Développement, estime que l’Allemagne est compétente, par exemple, en matière de réconciliation nationale du fait de son histoire :

« Surmonter de graves violations des droits de l’Homme est un point important au Mali puisque cela fait partie des missions de la Commission de réconciliation… Et pour pour ce qui est du travail de mémoire, l’Allemagne, qui a connu des heures sombres dans son histoire, comme l’Holocauste et l’Allemagne de l’Est, l'Allemagne peut sans doute apporter une aide précieuse. »

Précisons que le Mali n’est que l’un des sept pays africains dans lesquels l’Allemagne est présente militairement. La Bundeswehr a des missions dans la Corne de l’Afrique, dans les deux Soudan, en RDC et au Sahara occidental. Un contingent allemand pourrait aussi bientôt s’associer à la mission européenne qui se prépare en Centrafrique.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !