En Somalie, solidarité avec les réfugiés de la faim | Afrique | DW | 26.07.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

En Somalie, solidarité avec les réfugiés de la faim

Quelque 100 000 victimes de la famine affluent vers Mogadiscio à la recherche de vivres, une ville où les combats perdurent. Et pourtant, les habitants, eux-mêmes très pauvres, viennent en aide aux démunis.

epa02833692 A handout photograph provided by the African Union-United Nations Information Support Team (AU-UN IST), shows a woman holding her young baby while queuing for food in Badbaado,on 20 July 2011, a new camp established by the Transitional Federal Government for internally displaced people in the country's capital Mogadishu, who have been affected by the worsening drought in Somalia. African Union High Representative for Somalia Jerry Rawlings today implored for an urgent and significant response from the international community to the drought and now famine in the wider Horn of Africa region, which has been declared by the United Nations in two areas of southern Somalia. EPA/STUART PRICE /AU-UN IST / HANDOUT HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

La séchersse pousse des milliers de réfugiés de la faim vers Mogadiscio, la capitale somalienne.

Une petite place entre des bâtiments bombardés dans la capitale somalienne, Mogadiscio. Quatre grandes marmites sont installées sur des foyers en plein air : on y cuit du riz avec de la viande de chêvre. Des centaines de personnes se pressent devant cette cuisine improvisée.

Un repas avec de la viande c'est pour Sharifo Sheikh un véritable cadeau. C'est pourquoi elle attend patiemment. Son fils de 12 ans, Ibrahim, est mort de faim chez elle dans la région de Bakool. Elle est arrivée à Mogadiscio avec ses deux filles il y a deux jours: " Depuis nous mendions, mais la pluspart de ceux à qui nous avons demandé n'ont pas beaucoup eux non plus. Nous avons surtout vécu de thé ces derniers jours."

Collecte solidaire

epa02840885 Somali deputy Prime Minister Mohamed Ibrahim (L) looks on as French Agriculture Minister Bruno Le Maire (R) and FAO Director-General, Jacques Diouf shake hands during a meeting on the Horn of Africa crisis at the FAO headquarters in Rome, 25 July 2011. The United Nations intends to boost aid to famine-stricken Somalia, the director of the World Food Programme, Josette Sheeran, told journalists in Nairobi on 24 July. Children were dying as a result of the famine at the rate of one every six minutes, Sheeran said, pointing to reports of mothers abandoning their children on the way to refugee camps because they were too weak to carry them. Up to 45 per cent of the population was malnourished in certain areas, she said. EPA/ALESSANDRO DI MEO

Le chef du gouvernement de Somalie Mohamed Ibrahim (L) à la réunion de la FAO espère un soutien

La nourriture qu'elle reçoit aujourd'hui, elle la doit aux sauveteurs somaliens qui l'ont payée de leur poche. Les collaborateurs de l'organisation somalienne DBG, "Aide pour tous", ont renoncé à la moitié de leur salaire en juillet. Ils ont réussi à épargner ainsi 11 000 euros. Cela suffit pour nourrir environ 1200 familles pendant cinq jours. Abdi Hassan Hamud aide à la distribution:

" Ces gens me font pitié. Quand je vois certains enfants je pense toujours aux miens. Hier par exemple j'en ai vu quelques-uns qui étaient assis dans la rue, pleuraient et toussaient. Cela me touche énormément, cela me rend triste."

Des donateurs absents

La collecte de Hamud et de ses collègues a également permis d'acheter quelque 1200 tentes pour les réfugiés. C'est également un grand soulagement: la pluie qui a manqué pendant plusieurs mois vient de tomber. Mais les réfugiés affaiblis sont maintenant trempés.

Au bout de cinq jours, ils auront distribué tout ce qu'ils auront pu acheter avec leur argent. Et ce ne sont pas seulement 1200 personnes qui sont complètement démunies et affaiblies mais des dizaines, voire des centaines de milliers qui ont besoin de secours d'urgence. "Nous espérons que les donateurs enverront plus d'argent.espèr Hamud, mais nous voulions commencer et faire nous-mêmes quelque chose pour notre peuple."

Des donateurs qui rechignent à se mobiliser: selon le secrétaire général de l'ONU Ban-Ki Moon, il faut 1,6 milliard de dollars rien que pour la Somalie, mais les agences de l'ONU n'en n'ont recu que la moitié.

Auteur: Bettina Rühl
Edition: Sandrine Blanchard

La rédaction vous recommande