1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

En Mauritanie, l'opposition ne croit pas au "Oui"

L'opposition qui avait appelé au boycott du référendum constitutionnel conteste le taux de participation de 53,75% et dénonce une "mascarade électorale".

Écouter l'audio 02:03

"Les votes doivent être invalidés par la CENI" (Lo Gourmo)

Le "Oui" l'a largement emporté lors du référendum constitutionnel en Mauritanie, ce qui constitue pour le président Mohamed Ould Abdel Aziz une nette victoire que l'opposition refuse de reconnaître. 

Le taux de participation s'est élevé à 53,73% et 85% des votants se sont prononcés en faveur des changements proposés via ce référendum, notamment l'abolition du Sénat, a fait savoir dimanche la commission électorale. 

1,4 million de Mauritaniens étaient appelés à se prononcer notamment sur le remplacement du Sénat par des Conseils régionaux élus et une modification du drapeau national, auquel seraient ajoutées deux bandes rouges pour "valoriser le sacrifice des martyrs" de la résistance à la colonisation française qui s'est achevée en 1960.

Opposition et société civiles unies

L'opposition radicale, réunie dans une coalition de huit partis et organisations, avait appelé au boycott du scrutin. Cet appel avait obtenu le soutien d'un grand nombre de personnalités politiques, aussi diverses que des conservateurs religieux et des militants contre l'esclavage. 

Pour le professeur Lo Gourmo, constitutionnaliste et vice-président de l’UFP, l'Union des forces de progrès, un des partis de l'opposition, ce résultat du référendum a été manipulé. 

 

Cliquez sur l'image ci-dessus pour écouter l'interview. 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !