1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

En Gambie, Yahya Jammeh face aux urnes

Le président sortant Jammeh doit faire face à une contestation inédite, menée dans les urnes par le candidat choisi par l'opposition, adama Barrow. Yahya Jammeh, au pouvoir depuis 22 ans n'envisage pas la défaite.

Écouter l'audio 02:05

"Les gens ont peur de s'exprimer"

Près de 890 000 Gambiens sont appelés aux urnes, ce jeudi 1er décembre pour décider de celui qui gouvernera le pays pour les cinq années à venir -  le favori de l’élection n’est pas un homme "nouveau": il s’agit du chef de l’Etat sortant, Yahya Jammeh, arrivé au pouvoir en 1994 à la faveur d’un coup d’Etat. L'opposition s'est rassemblée derrière Adama Barrow. Autre candidat, Mamma Kandeh, derrière lequel se sont rangés des déçus du parti au pouvoir.

Écoutez la version audio de cet article en cliquant sur l'image ci-dessus.

La défiance règne

22 ans de pouvoir autoritaire, de répression de la moindre contestation, ont rendu les gens méfiants jusqu’au sein des familles où l’on évite de se plaindre de la situation économique pourtant catastrophique.

Gambia Demonstranten in Banjul (Getty Images/AFP/Stringer)

La mort de l'opposant Solo Sandeng avait provoqué des manifestations inédites, en avril 2016

Hanna Forster, du Centre pour la démocratie et les Etudes sur les droits humains basé à Serrekunda, la plus grande ville du pays, connaît  bien ce climat délétère: "Nous avons interviewé des gens qui nous ont dit qu’ils avaient peur de donner leur avis. Ils ont peur qu’on les associe aux mauvaises personnes." Et pour cause: les arrestations arbitraires, la torture, les enlèvements par les services de l’Etat sont monnaie courante, sous Yahya Jammeh. Alors évidemment, il est rare d’entendre des critiques directement dirigées contre le chef de l’Etat en Gambie, un pays décrété République islamique par son président en décembre dernier. Des diplomates occidentaux ont été expulsés, les femmes fonctionnaires ont l’obligation de couvrir leur tête. Peut-être que le président entend s’attirer les faveurs de ses nouveaux alliés du Golfe? Notons au passage qu’aucune mesure n’a été prise en revanche pour mettre un frein au tourisme sexuel venu d’Europe.

Répression brutale


Yahya Jammeh a remporté quatre scrutins par le passé, tous les cinq ans depuis 1996, mais toujours en intimidant en amont l’opposition. En avril de cette année, un opposant est mort en détention; des Gambiens se sont rassemblés pour protester en avril et mai, mais comme leur manifestation n’avait pas été enregistrée auprès des autorités, trente d’entre eux ont écopé de trois ans d’emprisonnement. En novembre, la nomination du candidat d’opposition, Adama Barrow, a été annoncée sur la radio publique GRTS, le chef du principal parti d'opposition avait appelé les Gambiens à "ériger la démocratie en principe!". Juste après, Momodou Sabally le patron de la chaîne a été renvoyé, puis arrêté par les services secrets, et placé depuis en détention provisoire, sans motif.
Et pourtant, le président et son parti, l’APRC, continuent d’avoir des soutiens au sein de la population. Yancouba Colley, du parti présidentiel, estime que "Le président a changé la vie des Gambiens. C’est pour cela que les gens l’aiment toujours."

Gambia Flagge Wahlen (AP)

Les supporters du président sortant Yahya Jammeh restent malgré tout bien présents

La Gambie a effectivement fait des efforts pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement de l’ONU. En quelques années seulement, le taux de pauvreté a été réduit d’un tiers, la mortalité infantile a fortement diminué et les mutilations génitales féminines, qui touchaient les trois quarts des Gambiennes, ont été interdites. Cependant, des ressortissants gambiens continuent de quitter le pays par dizaines de milliers chaque année. Quant à ceux qui restent, ils tentent de contourner la censure étatique. Sur leur smartphone, beaucoup utilisent des connexions VPN. Ce qu’un chauffeur de taxi résume ainsi: "quand le gouvernement ferme une fenêtre, les gens ouvrent une nouvelle porte".

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.de ou laissez un message sur notre répondeur : +49-228-429 16 4948 !

Réagissez à l'actualité par SMS !