1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Edmund Stoiber dans le colimateur de la presse

En regrettant que la population allemande « ne soit pas partout aussi intelligente qu’en Bavière », le chef du gouvernement régional de Bavière, Edmund Stoiber, allié des chrétiens démocrates dans la course à la chancellerie le 18 septembre, a confirmé hier dans une interview qu’il ne voulait pas que « l’Est du pays décide qui sera chancelier » ajoutant : « il ne faut pas que les frustrés décident du destin de l’Allemagne ». Des propos qui soulèvent un tollé général chez nos confrères de la presse écrite.

Angela Merkel, candidate à la Chancellerie, et Edmund Stoiber, ministre-président de Bavière, lors de la présentation de leur programme électoral.

Angela Merkel, candidate à la Chancellerie, et Edmund Stoiber, ministre-président de Bavière, lors de la présentation de leur programme électoral.

Un mot revient souvent dans les commentaires : « indignation » - suivi de près par « outrage » et « désastre », mais d’abord, petite leçon d’histoire récente avec la SÜDDEUTSCHE ZEITUNG qui rappelle qu’une fois déjà, en 2002, la droite a perdu sur le fil des élections générales qu’elle pensait bien remporter, perdu à quelques voix près, venues… de l’Est du pays. Or, son candidat, à l’époque, s’appelait Edmund Stoiber. Le genre bien connu de blessures qui s’ouvre à nouveau, toujours au plus mauvais moment et au plus mauvais endroit, commente notre confrère de Munich.

Si à Bayreuth (au Sud), le NORDBAYERISCHER KURIER se demande encore s’il s’agissait d’une « simple gaffe » ou d’une vraie « provocation », que ce soit à Kiel (au nord pour les KIELER NACHRICHTEN) ou à Rostock (à l’est pour l’OSTSEE ZEITUNG), on est d’accord pour dire que les petites phrases d’Edmund Stoiber n’étaient pas des « accidents de parcours rhétoriques » puisqu’elles ont été répétées.

44 ans jour pour jour après son édification (c’était le 12 août 1961), le « frustré du sud » « reconstruit le mur » lance pour sa part la TAGESZEITUNG de Berlin. Et derrière le mur de papier du journal, par une brèche, on voit apparaître la tête d’Angela Merkel, la candidate chrétienne-démocrate à la chancellerie, que l’on devine hissée sur la pointe des pieds.

Pour la HEILBRONNER STIMME aussi, le Bavarois Edmund Stoiber est en train de devenir la principale menace pour la candidate à la chancellerie. Il faudrait le retirer de la circulation, ajoute froidement le journal.

Sans aller jusque-là, la FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG constate qu’« un frustré de plus agit davantage contre que pour Angela Merkel ».

Effectivement, selon notre confrère de l’OSTSEE ZEITUNG à Rostock, les Sociaux démocrates et le Parti de Gauche peuvent se frotter les mains : jamais ils n’auraient imaginé, même en rêve, recevoir autant d’aide aussi inattendue de l’autre côté de la « frontière du boudin blanc » (la saucisse en question étant une spécialité bavaroise).

La LANDESZEITUNG de Lünebourg voit même les leaders de la nouvelle gauche (majoritaire à l’Est dans les sondages) déboucher une bouteille de mousseux Chaperon Rouge (célèbre spécialité de l’ex-RDA) à la santé d’Edmund Stoiber.

On termine en calmant un peu le jeu avec la MÄRKISCHE ALLGEMEINE qui demande aux Allemands de l’Est de répondre à de telles insultes, comme à leur habitude, par le sang froid et la pondération, et en votant, le 18 septembre dans le calme et la sérénité.

  • Date 12.08.2005
  • Auteur Yvon Arsenijevic
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9cx
  • Date 12.08.2005
  • Auteur Yvon Arsenijevic
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9cx
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !