1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Ebola tue à nouveau au Liberia

Le Liberia pensait être débarrassé du virus Ebola. Mais il est malheureusement réapparu. Deux nouveaux malades ont été identifiés. Ils avaient été en contact avec l'adolescent décédé mardi à cause du virus.

Le Liberia est à nouveau touché par l'épidémie d'Ebola

Le Liberia est à nouveau touché par l'épidémie d'Ebola

Les autorités sanitaires du Liberia sont sur le qui-vive. Un mort, deux malades et de nombreuses personnes en quarantaine - toutes celles qui ont été en contact avec l'adolescent de 17 ans dont le décès a été annoncé mardi.

Pourtant, le 9 mai dernier, l'Organisation mondiale de la Santé, avait déclaré le Liberia officiellement débarrassé d'Ebola. Autrement dit, le pays était parvenu à stopper la transmission du virus. Ce qui ne signifie pas que ce dernier avait disparu à jamais. La preuve avec ces nouveaux cas.

Margaret Harris est la porte-parole de l'OMS

Margaret Harris est la porte-parole de l'OMS

Pour le moment, cette réapparition est encore entourée de mystère. Mais Margaret Harris, porte-parole de l'OMS, assure qu'avec le soutien de la population, ce mystère sera bientôt percé :

"Au Liberia, les autorités ont gagné la confiance de leurs communautés. Et le Libera a montré que lorsqu'une communauté s'engage vraiment pour venir à bout de quelque chose, elle y parvient. Le virus est réapparu assez mystérieusement, c'est vrai, mais je suis sûre que, avec l'aide du Liberia, nous allons résoudre ce mystère."

L'OMS assure que l'adolescent de 17 ans n'avait pas récemment voyagé en Guinée ou en Sierra Leone - les deux autres pays les plus touchés en Afrique de l'Ouest par Ebola et qui, pour le coup, n'en sont pas encore débarrassés. Dans ces deux États, il y a encore un grand travail de persuasion à faire, souligne Margaret Harris :

"Nous nous battons encore pour persuader les gens que c'est vraiment dans leur intérêt de rester là où ils sont, d'accepter de se faire contrôler, d'accepter de ne pas rendre visite à d'autres personnes de la communauté, tant qu'il y a un risque d'infection. C'est très difficile. Ils doivent arrêter de travailler, d'aller à l'école, de vivre comme ils en ont l'habitude pendant au moins trois semaines. Nombreux sont ceux qui pensent que tout cela est pire que le risque d'attraper le virus."

Depuis décembre 2013, l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest a fait plus de 11.200 morts pour quelque 27.500 cas. Un bilan, qui de l'aveu même de l'OMS, est sous-évalué.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !