1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Ebola en Guinée, c'est fini selon l'OMS

Deux ans après le déclenchement de l'épidémie, la Guinée est officiellement débarrassée d'Ebola. C’est dans ce pays que le virus est apparu en mars 2014 avant de se propager vers le Libéria et de la Sierra Leone.

Écouter l'audio 01:53

"L'objectif principal c'est de savoir si on peut fabriquer des vaccins en Guinée" (Professeur René Migliani)

La Guinée est exempte de la transmission du virus Ebola, a annoncé mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un communiqué. Une période de quarante deux jours, soit deux fois la période d'incubation, s'est écoulée depuis que la dernière personne infectée a été testée négativement pour la seconde fois, indique l'OMS. "La Guinée entre maintenant dans une période de surveillance renforcée de 90 jours afin de pouvoir identifier rapidement tout cas nouveau et empêcher ainsi la propagation du virus", ajoute l'organisation. "L'OMS félicite le gouvernement de la Guinée et son peuple pour être parvenus à arrêter l'épidémie de maladie à virus Ebola dans leur pays, ce qui est un accomplissement majeur", affirme dans le communiqué le docteur Mohamed Belhocine, représentant de l'OMS en Guinée.

Production de vaccins sur place

Aujourd’hui, des experts appellent la communauté scientifique mondiale à aider la Guinée dans la production d'un vaccin anti-Ebola - qui a fait 11.000 morts en Afrique de l'Ouest-, et de vaccins contre les autres épidémies virales. Cependant, certains experts estiment qu’une telle entreprise serait plutôt longue et onéreuse. Cliquez sur l'image qui s'affiche pour écouter les précisions avec Moustapha Keita, notre correspondant à Conakry.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !