Duisbourg. Qui sont les responsables? | Vu d′Allemagne | DW | 26.07.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Duisbourg. Qui sont les responsables?

Les journaux allemands ne parlent bien entendu que de Duisbourg ce matin. Avec toujours la même question : comment un tel drame a-t-il été possible?

default

19 personnes sont décédées aux abords d'un tunnel lors de la Love Parade samedi soir.

Quel scandale ! s'exclame la Frankfurter Allgemeine Zeitung. La Love Parade, fille des mouvements pacifiques, s'est transformée en véritable catastrophe. Et s'il y avait eu une explosion d'une bombe dans le tunnel qui semble avoir été le seul accès au lieu de la fête ? Etait ce si difficile de s'imaginer que les jeunes auraient décidé de passer les barrières interdites pour se frayer un chemin parmi la foule ? Et que se serait-il passé en cas d'orage ? C'est un scandale, parce que tous sont responsables : la ville, la police, les organisateurs. Tous ont foncé les yeux fermés vers l'accident. Ils ont joué avec la vie de milliers de personnes, déplore le journal  – avant d'ajouter que les mêmes essaient désormais de fuir leurs responsabilités avec des formules de politesse toute faites, en référence à la conférence de presse au cours de laquelle les autorités n'ont pas su déterminer les causes de l'accident.

Loveparade Duisburg 2010

Rendez-vous annuel pour les fans de techno, la Love Parade semble avoir accueilli plus d'un million de personnes cette année.

Même constat pour la Süddeutsche Zeitung qui rappelle que ce n'est pas la première fois que des personnes meurent lors de rassemblements gigantesques. Il y a eu le terrible incendie du stade de foot à Bruxelles en 1985. Avec à chaque fois, le même constat : il y a eu des problèmes d'organisation et des forces de sécurité dépassées par l'événement. Certes, l'alcool, les drogues et l'ambiance peuvent accroitre la panique et l'hystérie de la foule, mais jamais, il ne s'agit des seules causes des tragédies !

La Märkische Oderzeitung accuse d'ailleurs la ville de Duisbourg d'avoir voulu montrer – à tort – qu'elle était capable d'organiser une telle manifestation, pour mieux cacher son fort taux de chômage. Au moins, Bochum, une autre petite ville de la région, a eu l'audace de refuser d'organiser l'événement il y a un an, note le journal.

Loveparade Duisburg 2010 Massenpanik Trauer

"19 morts, comment est-ce possible?" - des passants ont déposé des fleurs dimanche sur le lieu de l'accident.

Die Welt prône cependant la patience. N'allons pas trop vite en besogne et attendons les résultats de l'enquête ! Car c'est toujours plus facile de critiquer une fois que le drame s'est produit. Le journal  ajoute que la panique est souvent quelque chose d'imprévisible et d'incontrôlable, c'est un phénomène irrationnel de masse.

Et la Rheinische Post, le journal de la région de Duisbourg, de se lamenter sur ce débat : les victimes ne sont pas encore toute identifiées que la discussion s'enflamme déjà sur les causes et les responsables de la catastrophe. Notre société ne prend même plus le temps de faire le deuil des morts, conclut le journal.  

Auteur : Cécile Leclerc
Edition : Marie-Ange Pioerron

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !