1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Dopage, médias et politique: l'Allemagne boudera-t-elle le Tour de France?

Des aveux de repentis du dopage en cascade... En quelques mois, le monde sportif et la sphère politique d'outre-Rhin ont été éclaboussés par des scandales de dopage intervenus pendant le Tour de France. Le gouvernement allemand a décidé de renforcer son arsenal juridique pour lutter contre ce mal qui ronge le monde sportif, tandis que les chaînes publiques allemandes menacent de ne pas retransmettre la célèbre course cycliste.

Erich Zabel, l'un des sept coureurs allemands a avoir avoué s'être dopé. En 2002, il revêtait le maillot jaune.

Erich Zabel, l'un des sept coureurs allemands a avoir avoué s'être dopé. En 2002, il revêtait le maillot jaune.

D'un côté comme de l'autre du Rhin, le Tour de France est l'événement sportif de l'été à ne pas manquer. Les téléspectateurs allemands seraient en effet 1,5 million à suivre les étapes du Tour chaque année. Or, cet été peut-être, le Tour de France n'aura pas lieu... du moins à la télévision allemande. ARD et ZDF, les deux chaînes publiques, ont menacé de ne pas diffuser la course cycliste. La raison de ce boycott: l'aveu de dopage, le mois dernier, et onze ans après les faits, du vainqueur du Tour en 1996, Bjarne Riis. Cet ancien membre de l'équipe de la Deutsche Telekom s'est vu déchu de son titre. Cet aveu en a entraîné d'autres: pas moins de sept coureurs de l'équipe Telekom ont avoué à leur tour avoir pris de l'EPO.

La télévision publique se fait l'écho du gouvernement allemand, bien décidé à lutter contre le dopage en durcissant son arsenal de lois anti-dopage. Or, entre intérêts sportifs et médiatiques, la collusion est forte. Ne pas retransmettre la course représenterait un manque à gagner considérable, tout comme la désertion des sponsors.

D'autres aveux de dopage en avalanche... cette fois-ci "à la neige", et plus particulièrement en "République du ski", l'Autriche. Air pur et poudreuse n'ont pas empêché qu'éclatent des scandales de dopage après les Jeux Olympiques de Turin. Et six sportifs ont été bannis à vie des pistes.

Le gouvernement autrichien, dans la ligne de mire d'un Comité Olympique suspicieux, doit lui aussi renforcer ses lois anti-dopage et accuser la perte de millions d'euros. Le ski doit en effet rester le sport national de l'Autriche, qui souhaite voir se tenir les JO de 2014 à Salzbourg. Les récents scandales de dopage semblent compromettre fortement ses chances.

Dans cette édition d'Accents d'Europe également:

On savait déjà que le téléphone portable faisait office d'appareil photo, de baladeur mp3, d'agenda... et accessoirement de téléphone... Dans toute l'Europe (un marché d'environ 4,5 millions d'euros), et en particulier à Gand, en Belgique, il fait désormais office de porte-monnaie. Par le biais du sms, il est possible de payer le parking, une course en taxi, voire des visites médicales. Le plombier, l'électricien et la nounou sont aussi rétribués par texto. Et le payement par carte bancaire garantit la sécurité de la transaction.

Mais l'adaptation aux nouvelles technologies se fait toujours dans la douleur... Un reportage de Jessica Jouve.

Et comme toujours dans cette édition, le portrait du jour et le carnet de voyage.