1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Disparitions forcées au Burundi

La 112ème session du Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées et involontaires s'est ouverte. Dès jeudi, la société civile burundaise fera un plaidoyer auprès des experts.

Écouter l'audio 03:48

"Au niveau du FOCODE, nous avons reçu 150 cas qui nous ont été envoyés par des familles des victimes" (Pacifique Nininahazwe)

Des associations de la société civile burundaise réclament que toute la lumière soit faite sur les disparitions forcées non-élucidées. Entre 300 et 900 cas auraient été recensés depuis le début de la crise, en avril 2015. Le président du FOCODE, Forum pour la conscience et le développement, Pacifique Nininahazwe promet, preuves à l’appui, de prouver la responsabilité des autorités dans ces disparitions:

"Au niveau du FOCODE, nous avons reçu 150 cas qui nous ont été envoyés par des familles des victimes. Nous sommes en train d’enquêter sur tous ces cas. Nous avons déjà terminé la documentation de 30 cas. Nous aurons terminé la publication de tous ces cas au cours de cette semaine"

La présidence burundaise accuse l'opposition

Les agents du SNR, le service national de renseignement sont accusés d’être les auteurs des enlèvements et disparitions forcées.

Les agents du SNR, le service national de renseignement sont accusés d’être les auteurs des enlèvements et disparitions forcées.

Le porte-parole adjoint du président Pierre Nkunrunziza refuse d’en endosser la responsabilité. Alain Diomède Nzeyimana: 

" Ce qui a commencé comme une insurrection urbaine et qui a abouti à un coup d’état du 13 mai 2015 a continué jusqu’à présent. Ce serait une erreur d’accorder tous ces abus là au gouvernement légitime du Burundi. Le Burundi présentement  est beaucoup plus calme que la plupart des pays même européens "

Parmi les nombreux cas de disparitions, deux ont le plus retenu l’attention. Celui de Marie-Claudette Kwizera, la trésorière de la Ligue des droits humains du Burundi, la Ligue Iteka. Sans oublier la disparition du journaliste Jean Bigirimana en août dernier.

 

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !